John Campbell, le serial buteur écossais

john-james-campbell-aston-villa-e1501281971662

Un vieux dicton écossais dit que « Ce qui est pour toi ne passera pas sans toi » ou « What is for you will not go by you » en version originale. Cet adage pourrait parfaitement convenir au parcours de John Campbell. Il faut dire que l’homme a marqué de son empreinte l’histoire du football britannique et écossais par son parcours. Entre Écosse et Angleterre, entre banlieues de Glasgow et industries de Birmingham… Découvrez l’histoire d’une des premières idoles du Celtic et d’Aston Villa.

Petit gars de Glasgow né en septembre 1871 dans une Écosse qui vit sous les astres lumineux des ciels noirs des industries, John Campbell se passionne rapidement pour le football. Dans une enfance puis une adolescence marquées du sceau de la vie ouvrière, les parties de ce sport encore jeune dans les terrains vagues et rues pavées de Glasgow sont pour le petit John des moments d’échappatoire et de parenthèse bienvenus. Surtout à une époque où le football n’est pas encore un espoir d’élévation sociale assumé. John ne fait que s’amuser avec ses camarades de quartier et de même extraction sociale que lui.

Se faisant un nom au niveau local, les bruits et rumeurs se répandent rapidement. De quartiers en quartiers dans les rues de la capitale industrielle écossaise, les rumeurs sifflent. La réputation de John Campbell grandit et sont mises en avant ses qualités de buteur. Il martyrise alors les gardiens à mains nues du football amateur glaswégien.

À l’âge de 17 ans, il est repéré et contacté pour intégrer l’équipe semi-professionnelle junior du Benburb FC dans la banlieue de Glasgow. Là il se fait rapidement un nom. Ses performances sont suivies de près par deux des principaux clubs de Glasgow que sont le Celtic et les Rangers. C’est
vers ce premier que le jeune Campbell se dirige en mai 1890.

John Campbell à Aston Villa en 1897 (Crédit Photo : playupliverpool.com)

Une progression linéaire : des éclats en réserve à tête d’affiche du Celtic

John Campbell débuta sa carrière chez les Bhoys lors d’un match de Glasgow Cup contre Battlefield le 20 septembre 1890 (victoire 7-1). Considéré comme un joueur doué et intelligent, Campbell fait cependant la navette entre l’équipe réserve et l’équipe première durant sa première année dans le club présidé par John Glass (1890-1897). En réserve, selon la légende, il aurait marqué douze buts en un seul match.

Dès l’année 1892, Campbell s’impose comme fer de lance de l’attaque des Hoops. Il est placé tout d’abord sur l’aile gauche. Il forme ensuite un duo mémorable sur le front de l’attaque avec Sandy McMahon (surnommé The Duke par l’ancien président de la République française McMahon, qui était duc de Magenta, NDLR). Avec le transfuge d’Hibernian à ses côtés, Campbell fait partie de la première équipe de l’histoire du Celtic à soulever la Coupe d’Ecosse en 1892. Marquant un doublé dans une finale finalement gagnée 5-1 contre Queens Park Rangers. Il participe également aux conquêtes des deux premiers titres de champion de l’histoire du club en 1893 et 1894 au nez et à la barbe des Rangers et d’Hearts of Midlothian.

John Campbell dessiné en bas à droite en 1892 (Crédit Photo : thecelticwiki.com)

Ses deux premières saisons au Celtic sont marquées par plusieurs événements faisant honneur à la postérité de Campbell. Tout d’abord en 1892, il grave son nom à jamais dans le marbre de l’histoire du stade St James Park de Newcastle. Il inscrit le premier but de l’histoire du stade avec Newcastle United en club résident, le 3 septembre 1892 lors d’une rencontre que le Celtic gagne 1-0 devant un peu plus de 6 000 spectateurs. Puis vient l’année 1893. Cette année est tout d’abord témoin de sa première sélection en équipe nationale. Se jouant contre l’Irlande le 25 mars au cours d’un match où la Tartan football team gagne 5-1. Pour sa seconde sélection, Campbell ne peut empêcher la défaite des siens face au rival anglais sur le score de 5-2.

Cependant l’année 1892 aurait pu être plus sombre pour l’attaquant du Celtic. En effet, lors d’un match disputé et tendu contre Abercorn le 11 février, John Campbell se distingue. Pendant une échauffourée, il frappe un supporter adverse lui arrachant trois dents. La police une fois sur place, et sur témoignage de l’agressé, embarque finalement Jerry Reynolds, coéquipier malheureux de Campbell. Si l’homme se distingue par sa virtuosité et son intelligence de jeu sur le terrain, le tempérament d’un jeune homme des quartiers défavorisés de Glasgow n’est jamais loin. Les poings serrés et la tête droite.

Sa dernière saison au Celtic se termine par une place de dauphin derrière Hearts of Midlothian. Dès lors le nom de John Campbell a déjà traversé les frontières écossaises. De nombreux clubs anglais souhaitent s’attacher ses services. L’un d’eux est alors un des plus grands clubs anglais de l’époque : Aston Villa.

Vers la confirmation : Aston Villa ou la reconnaissance du football britannique

Champion d’Angleterre en 1894, le club de Birmingham est alors entraîné par George Burrell Ramsay. Celui-ci installe le club au sommet du football anglais. Jouant très régulièrement les premiers rôles, Aston Villa possède un arsenal offensif que peu de clubs peuvent envier à cette époque. L’attaque est composée notamment de l’ailier droit Charlie Athersmith ou bien le buteur John Devey, alors star des Villans. Il arrive avec le joueur des Rangers John Cowan afin de remplacer Dennis Hodgetts alors en partance pour Small Heath (actuel Birmingham City FC). John Campbell rejoint un club ambitieux dans lequel il devra se faire une place. Son départ du Celtic sera commenté par son coéquipier Willie Maley comme « l’action stupide d’un homme du comité très important ».

L’Equipe d’Aston Villa lors de la saison 1896-1897, où figure John Campbell, 4ème du premier rang à partir de la gauche (Crédit Photo : wikipedia.org)

S’installant sur le front de l’attaque des Villans malgré la concurrence, les années anglaises sont auréolées de gloire pour le jeune écossais. Champion d’Angleterre 1896 et 1897, vainqueur de la FA Cup 1895 et 1897. Il termine également meilleur buteur du championnat 1896 avec 22 buts. Il finit à égalité avec une valeur montante du football anglais, l’attaquant de Derby County, Steve Bloomer. Son passage dans le club phare du West Midlands est également marqué par son but lors d’une victoire 3-0 contre Blackburn le 17 avril 1897. Ce but est alors le premier but de l’histoire du Villa Park.
L’air anglais et les soirs de première…

Nostalgie écossaise et derniers exploits

Reconnu dans tout le royaume britannique, Campbell n’en est pas moins nostalgique de son Écosse natale et notamment de son Glasgow ouvrier. De ce fait, il retourne au Celtic à l’aube de la saison 1897-1898. Ses émoluments atteignent alors des records pour un joueur du championnat écossais
avec un salaire de 70 livres. Aidant une équipe du Celtic alors solidement installée dans les premières places du football écossais, il remporte à nouveau le championnat en 1898 et deux coupes d’Écosse en 1899 et 1900 réalisant le doublé. Il est alors la star de l’attaque des Bhoys.

Durant cette période, sa carrière internationale s’enrichit. Il inscrit notamment un doublé contre l’Irlande le 3 mars 1900 lors d’une victoire 3-0 et une victoire de prestige contre l’Angleterre 4-1 en avril. Summum de sa carrière internationale, il est capitaine du XI écossais contre le Pays de Galles en 1902. Il finit sa carrière internationale en 1903 avec 12 sélections et 4 buts au compteur.

Présentation du match Écosse-Angleterre du 27 mai 1972 avec un rappel des héros du 7 avril 1900 (Crédit Photo : thecelticwiki.com)

La fin de l’année 1903 marque la fin de l’histoire entre Campbell et le Celtic. Sur le déclin, l’international écossais est peu à peu poussé dehors. Les Bhoys n’ayant pas pu faire mieux que 5ème à la fin de saison 1902-1903. Il quitte ainsi le Celtic après plus de 109 buts en 215 matches de championnat et de Coupe d’Écosse. Il rejoint alors un club à l’effectif jeune et en pleine ascension auquel il va pouvoir apporter son expérience: Third Lanark.

La saison 1903-1904 devient alors historique pour le club qui remporte son premier (et toujours seul) titre de champion d’Écosse. John Campbell, alors à la pointe de l’attaque n’y est pas étranger. Third Lanark termine avec plus de 20 victoires pour seulement 3 nuls et 3 défaites. La saison suivante, le club remporte sa seconde (et dernière) Coupe d’Écosse en gagnant 3-1 en finale contre les Rangers. Il termine également solide troisième derrière le duo Celtic-Rangers. Campbell, lui, après une première saison de très bon niveau et portant Third Lanark vers le titre, devient remplaçant lors des deux dernières saisons de sa carrière qui prend fin en 1906.

Joueur décisif et redoutable buteur, le gamin des quartiers défavorisés de Glasgow termine une carrière bien remplie. Il gagne ainsi quatre titres de champion d’Écosse, quatre coupes d’Écosse, deux championnats d’Angleterre, deux FA Cup et douze sélections pour quatre buts. Il marque également plus de 143 buts en 263 matchs durant sa carrière.

Annonce de la mort de Campbell dans le journal local daté du 3 décembre 1947 (Crédit Photo : thecelticwiki.com)

Prenant sa retraite en 1906, Campbell reste dès lors à Glasgow et continue de suivre l’actualité de son club de toujours, le Celtic. Déambulant dans les rues de Glasgow. Les gens le reconnaissent, lui serrent la main, comme une reconnaissance et ce jusqu’au 2 décembre 1947 où le petit gars de Glasgow s’en est allé à jamais.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduire »