Le 11 des révélations de Ligue 1 : une équipe plus que solide (1/2)

Ligue 1

Certains découvrent la Ligue 1 cette saison, d’autres sont là depuis quelques années. Une chose est sûre, ils ont tous illuminé le championnat français de leurs talents. Voici la première partie de l’équipe-type des révélations en Ligue 1.

Entre jeunes pépites, bonnes pioches lors des mercatos ou encore révélations sur le tard, la Ligue 1 possède de nombreux talents individuels. Après 26 journées de championnat et à 12 journées de la fin, certains joueurs ont tapé dans l’œil des observateurs français. Souvent de belles surprises, ces joueurs sont des éléments importants de leurs équipes. Qu’ils jouent pour Lille, Lyon, Dijon ou Nîmes, Baraque à Foot a fait son choix.

Anthony Racioppi (Dijon FCO)

Pur produit Lyonnais, Anthony Racioppi est un jeune gardien de 22 ans. Originaire de Genève et international espoir Suisse, il intègre en 2012 les équipes jeunes de l’Olympique Lyonnais. Il signe en 2018 son premier contrat professionnel. Malgré cela, Racioppi n’a jamais eu sa chance avec l’équipe première. De 2016 à 2020, il joue 41 matchs avec la réserve. En fin de contrat en juillet 2020, il n’est pas prolongé et fait donc le choix de rallier le club de Dijon. Ce choix de carrière est tout sauf un hasard puisque le Suisse retrouve l’ancien entraîneur des gardiens de l’OL, Grégory Coupet. Racioppi débarque au DFCO comme numéro deux derrière Saturnin Allagbé, mais les performances de ce dernier laissent à désirer.

Le 8 novembre 2020, David Linarès décide de lancer le jeune gardien de 22 ans dans le grand bain. Racioppi vit, contre le FC Metz, ses premières minutes dans le monde professionnel. Après sept minutes de jeu, il sauve les siens en arrêtant un pénalty. Score final : 1-1. Depuis ce jour, il enchaine les matchs et n’a manqué que la rencontre face au LOSC. Cette saison, il a disputé 17 matchs, soit 1530 minutes. Désormais numéro un dans la hiérarchie, le Suisse encaisse 1,29 but par match, soit 22 buts au total. En parallèle, il compte trois clean-sheets et un pourcentage d’arrêt de 74%. Anthony Racioppi a, certes, fait quelques bourdes comme celle face au RC Lens, mais ses performances restent très encourageantes pour la suite.

Fabien Centonze (FC Metz)

Âgé de 25 ans, Fabien Centonze n’est plus considéré comme un jeune. Pour autant, il lui reste pas mal de belles années devant lui. Le latéral droit français est originaire de Grenoble. Il intègre le GF38 pour y débuter sa formation, qu’il termine à l’Évian TG. Il rejoint les rangs du club haut-savoyard en 2012. Quelques années plus tard, en 2015, il signe son premier contrat professionnel dans son club formateur. Cette saison-là est très prometteuse pour lui puisqu’il joue 34 matchs, marque quatre buts et délivre une passe décisive.

À l’issue de cette saison 2015/2016, le club est relégué en Nationale 2 pour des raisons financières. Centonze a convaincu durant sa première année dans le monde professionnel. C’est pour cela que Clermont l’a accueilli, club dans lequel, l’attaquant de formation a joué 65 matchs en l’espace de deux saisons.

À 25 ans, Fabien Centonze illumine le couloir droit messin (crédit photo : FC Metz)

Il rejoint ensuite le RC Lens, et l’objectif est clair : remonter en Ligue 1. Le français performe au poste de latéral droit. Philippe Montanier, alors entraîneur de Lens lui fait confiance. Centonze joue 40 matchs en seulement une saison. Mais les Sang et Or échouent en barrages pour accéder à la Ligue 1. Malgré cet échec, Centonze est nommé dans l’équipe-type de l’année en Ligue 2. En 2019, alors fraichement promu, le FC Metz le recrute pour cinq saisons. Sans réelle concurrence, le Messin s’impose comme un titulaire indiscutable. En 2020, il découvrait la Ligue 1 discrètement. Mais cette année, il dispute 25 matchs sur 27 possibles et confirme les espoirs placés en lui. Solide défensivement, il devra maintenant essayer de se montrer décisif et peser sur le secteur offensif.

Sven Botman (Lille)

Formé à l’Ajax Amsterdam, Sven Botman avait la lourde tâche de remplacer Gabriel chez les Dogues, parti à Arsenal. Il rejoint l’Ajax dès l’âge de neuf ans. Malheureusement, le club ne le laisse pas débuter avec les professionnels. À l’issue d’une saison complète avec les U21, l’Ajax décide de le prêter au SC Heerenveen. C’est avec ce club qu’il découvre l’Eredivisie et le monde du foot professionnel. Avec 30 matchs au compteur comme défenseur central, deux buts et quatre passes décisives, Botman réalise une saison très encourageante.

Le Lillois Sven Botman est sur les tablettes de nombreux clubs (crédit photo : Onze Mondial)

Suite à ses bonnes performances, Botman débarque en prêt à Lille l’été dernier et Christophe Galtier le titularise dès la première journée. Il est désormais titulaire indiscutable en charnière centrale au côté de l’expérimenté José Fonte. Indéboulonnable, le Lillois de 21 ans est transféré officiellement dès le mois de septembre 2020. Avec déjà 32 matchs disputés, Sven Botman a connu sa première sélection avec l’équipe A des Pays-Bas en novembre dernier.

Loïc Badé (RC Lens)

Aussi imposant de par son mètre quatre-vingt-onze que son jeu au pied, le défenseur central Loïc Badé n’est pas le joueur le plus connu de cette liste. Et pourtant. À seulement 20 ans, il est un membre important du RC Lens, sans pour autant y avoir fait ses classes. En effet, en 2014, alors âgé de 14 ans, il quitte le club de son enfance pour rejoindre l’AC Boulogne-Billancourt. L’année suivante, il prend la direction du Paris FC pour y terminer sa formation. Après avoir joué pour les U19 du club parisien, une nouvelle opportunité s’offre à lui. C’est le club du Havre qui vient chercher le jeune Badé en 2017. Pendant deux saisons, il joue pour la réserve du club normand.

Loïc Badé, parce que la Ligue 1 ne lui fait pas peur (crédit photo : La Voix du Nord)

Son ascension fulgurante débute le 10 janvier 2020. À cette date, il fait ses premiers pas dans le monde professionnel face au Chamois Niortais. Durant cette saison marquée par la crise sanitaire, le défenseur central jouera sept matchs. Assez pour que Lens le recrute en juillet dernier. Arrivé libre chez les Sang et Or, il s’intègre très rapidement et joue le match d’ouverture face à Nice. Sur 27 matchs possibles, Badé en a disputé 22. Plutôt impressionnant pour un jeune de 20 ans.

Birger Meling (Nîmes)

Méconnu en France à Nîmes, Birger Meling est pourtant un latéral gauche expérimenté. Formé en Norvège, dans le club de sa ville natale Viking Stavanger, il s’engage en 2013 avec le Middlesbrough FC. L’expérience sera courte puisqu’il ne jouera qu’une seule saison avec les U23. L’année suivante, il revient en Norvège sous les couleurs du Stabæk Fotball. C’est ce club qui le lance avec les pros le 21 septembre 2014. En l’espace de deux saisons, il disputera plus de 60 matchs.

Birger Meling sous les couleurs nîmoises (crédit photo : Midi Libre)

Les bonnes performances attirent les bons clubs. Le Rosenborg BK, club le plus titré de Norvège, le recrute en 2017. Il découvre alors l’Europa League mais aussi les phases qualificatives de la coupe aux grandes oreilles. Après 198 matchs en Norvège, Meling pose ses valises à Nîmes. Malgré une toute nouvelle culture et des performances moyennes de la part de son club, Meling a su s’imposer comme un cadre sur et en dehors du terrain. Il devra toutefois encore travailler pour tenter d’effacer quelques lacunes défensives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduire »