Al Sadd : le Barça 2.0 de Xavi Hernández

Xavi Hernandez, entraîneur d'Al Sadd

Loin de l’Europe et de ses projecteurs, un club brille par son jeu spectaculaire et ses résultats impressionnants. C’est en Asie, en Qatar Stars League, qu’Al Sadd démontre sa supériorité. Si ce nom reste inconnu pour de nombreuses personnes, il ne l’est sûrement pas pour de fidèles supporters Catalans. En effet, l’homme aux commandes de cette belle équipe est une véritable légende du Camp Nou. Depuis 2019, Al Sadd fait confiance à un nouvel entraineur, un certain Xavi Hernandez…

Xavi a d’abord foulé la pelouse du Stade Jassim-bin-Hamad dans le rôle de joueur avant de diriger lui-même certains de ses anciens coéquipiers. Depuis son arrivée sur le banc, les loups de Doha ne se sont inclinés qu’à trois reprises en l’espace de 35 rencontres ! Au-delà des résultats, Al Sadd se démarque par son jeu attrayant et son système de jeu unique en son genre. Un système de jeu qui tire son inspiration du redoutable tiki-taka de l’ère Guardiola à Barcelone. Comme joueur, Xavi a eu la chance d’apprendre auprès des plus grands. Aujourd’hui, c’est à son tour d’appliquer toutes ses connaissances acquises après plus de 17 années passées sur le toit du football européen pour marquer une seconde fois le football de son génie.

L’inspiration catalane

Pour bien comprendre les principes de jeu fondamentaux de Xavi Hernández, il faut retourner dans le passé. Lorsque celui-ci portait encore le numéro 6 du Barça dans le dos. En tant que joueur, Xavi a contribué aux grandes années du FC Barcelone. Une période ou le club Catalan était adulé et respecté pour son jeu tout aussi impressionnant qu’efficace. Aujourd’hui ce style de jeu si particulier par lequel brillait les Blaugranas est devenu légendaire et connu de tous : le tiki-taka.

Premier League: Xavi: Guardiola is the best coach in the world | MARCA in  English
L’élève et le maître (crédit image : Marca)

Cette tactique réinventée et mise en lumière par Pep Guardiola lors de son passage en Catalogne de 2008 à 2012 est l’inspiration phare de Xavi. Bien que l’influence de Johan Cruyff dans les années 90 fut la véritable genèse du tiki-taka, Pep Guardiola est souvent vu comme le symbole de ce style de jeu mythique qu’il a su remettre au goût du jour. « Ma philosophie en tant qu’entraîneur reflète le style qu’on a développé pendant de nombreuses années sous l’influence de Johan Cruyff et de La Masia, et que l’on retrouve dans la façon de jouer du Barça. J’adore voir les équipes prendre des initiatives sur le terrain, le football d’attaque, et revenir à la base de ce qu’on aime tous depuis notre enfance : le football de possession » expliquait Xavi après avoir annoncé sa retraite en 2015.

Comme le Barça des belles années, Al Sadd brille aujourd’hui grâce à son jeu porté sur la possession et la vitesse de transition. Et ce n’est pas les statistiques qui diront le contraire. Cette saison, par match, la possession moyenne d’Al Sadd s’élève à 66%. Ce qui est exactement la même moyenne que celle du Barça de 2010. Au niveau des passes, l’équipe entrainée par Xavi en réalise en moyenne 535 par rencontre. Une moyenne bien plus élevée que n’importe quelle autre équipe de Qatar Stars League. Ces statistiques mettent en avant cette volonté de mouvement et de transition rapide demandée à ses joueurs par le coach espagnol. Une mentalité similaire à celle que la Máquina a connue au Barça alors qu’il était encore joueur.

Le jeu offensif spectaculaire proposé par Al Sadd cette saison (crédit vidéo : Tural Jafar)

Un travail collectif

S’il y a bien un mot censé définir l’équipe actuelle d’Al Sadd, ce n’est sans aucun doute collectif. Avec Xavi aux commandes, n’importe quel joueur présent sur la feuille de match possède sa part de responsabilité sur le résultat final. Si un seul d’entre eux n’effectue pas son rôle ou ne fournit pas les efforts nécessaires, c’est tout le plan de jeu de leur entraineur qui tombe à l’eau.

Ce sens du collectif qui semble tellement important aux yeux de Xavi ne s’arrête pas subitement après le coup de sifflet final. Selon lui, il est très important que le groupe soit soudé même en dehors du terrain. Aujourd’hui, Al Sadd est une vraie équipe. Un groupe qui se bat chaque weekend dans le but d’accomplir l’objectif commun : tout gagner ensemble. C’est ce qu’a récemment expliqué Xavi lors d’une interview « Je suis heureux de faire partie de ce groupe de joueurs, membres officiels, personnel technique et médical. Notre objectif est de gagner tous les tournois auxquels nous participons ».

Qatar - Xavi remporte un second trophée avec Al Sadd, face à Mandzukic |  Goal.com
Le groupe en pleine extase après avoir remporté le championnat national (crédit image : GOAL)

À l’image de ce qu’il demande à ses joueurs, Xavi a toujours été quelqu’un d’altruiste dans le quotidien. En 2016, celui-ci avait fait don de son yacht à une ONG venant en aide aux migrants perdus en Méditerranée. Un geste qui peut paraître anodin mais qui met en lumière le bel état d’esprit du coach espagnol. C’est notamment pour cette mentalité que le prestigieux brassard du FC Barcelone lui a été confié à de multiples reprises dans le passé.

Une tactique bien rodée

N’importe quel entraineur possède un dispositif de prédilection, adapté à la philosophie et les principes de jeu de celui-ci. Pour Xavi, c’est le 3-4-3. Un dispositif qui permet à son équipe d’être efficace en défense tout en laissant place à de nombreuses options offensives. Le 4-3-3 est une autre alternative de la Máquina. Le tacticien catalan l’utilise de temps à autre en fonction des matchs et des types d’oppositions auxquels son équipe est confrontée.

Le 3-4-3 d’Al Sadd en plein match, un dispositif qui offre de nombreuses possibilités (crédit image : Football Scrutiny)

La possession est un élément clé du jeu d’Al Sadd. Pour Xavi elle en devient presque sacrée. « Oui, je ne peux pas concevoir le football sans la possession. Pour avoir la possession, il faut presser l’adversaire dans son camp et essayer de récupérer le ballon rapidement en se montrant agressif en perte de balle. Mes séances d’entraînement sont basées là-dessus. À mes yeux, le style de jeu est non négociable. Tout dépend bien sûr de l’adversaire et de sa manière d’attaquer et de défendre, mais je n’aimerais pas que mes joueurs restent à onze derrière ou soient trop attentistes. En principe, Al-Sadd évoluera de cette manière dans ce Mondial des clubs. Une chose est sûre : je ne changerai pas mon fusil d’épaule si je dois un jour entraîner un autre club ».

Ici, on ne parle pas d’une possession stérile et ennuyeuse ayant seulement pour but de garder le pied sur la balle. Mais bel et bien un contrôle du ballon intelligent et maitrisé permettant à son équipe de se créer des opportunités.

L’une des grandes particularités du jeu d’Al Sadd est l’implication des défenseurs dans le jeu offensif. Avec cette équipe, on est très loin du cliché des défenseurs centraux lents et robustes tout juste bons à reprendre le ballon des pieds de l’adversaire. Sous Xavi, les défenseurs sont demandés à participer au jeu et à envoyer de longs ballons de transition capables de casser les lignes adverses.

Il n’est d’ailleurs pas rare de voir un défenseur d’Al Sadd franchir la ligne médiane balle au pied afin de trouver une solution de passe optimale. Cette saison, Abdelkarim Hassan, défenseur central d’Al Sadd, compte un total de 5 passes décisives pour 2 buts marqués. Des statistiques qui prouvent l’importance de ce poste dans le plan de jeu du natif de Terrassa.

Qatar's Abdelkarim Hassan's goal in Asia's Top Five: AFC
Ce n’est pas son poste qui va empêcher Abdelkarim Hassan de faire trembler les filets (crédit image : Qatar Guide)

Inspiré par Guardiola lors de ses phases de possession, c’est sur un autre grand coach moderne que Xavi prend exemple à la perte du ballon. C’est à la manière d’un Jürgen Klopp et de son fameux gegenpressing que joue Al Sadd en phase de récupération. Le principe est simple. Lors de la perte du ballon, l’entraineur Catalan envoie ses joueurs presser le porteur de balle afin de la reprendre le plus haut et le plus rapidement possible. Ces quelques secondes d’intensité deviennent alors déterminantes quant au futur de l’action.

Le gegenpressing est un style de jeu agressif qui demande une réelle application collective. Si tous les joueurs fournissent les efforts nécessaires, il permet d’étouffer l’équipe adverse en lui mettant une énorme pression. Avec cette notion de combativité et de collectivité, cette tactique colle parfaitement aux grands principes d’entraineurs de Xavi.

Défensivement, il est très rare de voir toute l’équipe d’Al Sadd reculer derrière la ligne médiane. Si elle y est contrainte, le dispositif peut alors varier afin de créer un bloc plus compact comme avec le 4-3-2 utilisé ci-dessous. Lors de cette phase défensive, les milieux de terrain ainsi que les quatre défenseurs se rapprochent afin de limiter au maximum les espaces pouvant être exploités par l’adversaire. Le buteur, lui, reste dans la seconde moitié de terrain en cas de contre-attaque.

Ligne défensive d'Al Sadd lors d'un match de championnat
Les joueurs se sont replacés en 4-3-2 dans leur moitié de terrain et ne laissent aucun espace à leurs adversaires (crédit image : Al-Kass Sports Channel) )

On pourrait croire que l’équipe de Xavi se prend de nombreux buts à cause de leur jeu tourné vers l’offensive mais ce n’est pas le cas. Al Sadd surdomine son championnat à tous les niveaux. Elle est la meilleure défense ainsi que la meilleure attaque de Qatar Stars League. Une statistique qui prouve encore une fois la réussite de l’entraineur espagnol. En seulement 2 ans, celui-ci a réussi à construire une véritable machine de guerre capable d’être performante dans de nombreux registres.

Le retour du roi ?

Malgré son départ pour le Qatar en 2015, le cœur de Xavi est toujours resté coincé à Barcelone. Une ville, un club, qui l’a vu grandir et qui lui a permis de devenir l’homme qu’il est aujourd’hui.

Depuis quelques années, le FC Barcelone est de moins en moins étincelant. La gestion du club laisse à désirer, les éliminations précoces en coupe d’Europe s’additionnent et les relations qu’entretiennent le club avec Lionel Messi se compliquent de jours en jours. Dans cette période difficile, l’idée d’un potentiel retour de la Máquina au Camp Nou peut paraître alléchante. Mais un retour précoce de Xavi à la maison est-il vraiment la solution aux maux Catalans ?

Future Barcelona coach remains focused on securing the job
Il est probable que la Pulga et Xavi se retrouvent un jour à Barcelone (crédit image : Everything Barca)

De son côté, le coach espagnol a toujours été très clair sur le sujet. L’un de ses plus grands rêves est de pouvoir un jour entrainer le FC Barcelone. « Le plus grand rêve que j’ai maintenant est d’être l’entraîneur du Barça et de revenir à Barcelone pour réussir », confiait-il l’année dernière lors d’une conférence.

Malgré ses déclarations et bien que les rumeurs concernant son retour au pays ont déjà enflammé la presse espagnole, Xavi reste aujourd’hui focalisé sur son club actuel. « Alors que plus tard, il sera temps de franchir la prochaine étape de ma carrière, pour l’instant, je me concentre sur le fait de profiter de mon temps ici et de profiter au maximum de l’opportunité de jouer un petit rôle dans le voyage passionnant du Qatar jusqu’en 2022 » expliquait le natif de Terrassa il y a quelques mois dans une lettre qui évoquait sa vie en Asie.

Dans un club aussi populaire que le FC Barcelone, les supporters comptent énormément. Que pensent-ils réellement de la potentielle arrivée de Xavi Hernández sur le banc de leur équipe préférée ? « Je suis pour l’arrivée de Xavi mais pas tout de suite. Ronald Koeman est en train de faire du bon travail avec l’équipe et je pense que ce serait une erreur de le couper dans son élan. Je pense également qu’il faudrait encore attendre quelques années pour que Xavi confirme son beau début de carrière, il ne faut pas que l’on se précipite » tel est l’avis de Khalid, fervent supporter Catalan.

Cette opinion est d’ailleurs partagée par la majorité des fans, bien plus réticents quant à la venue immédiate de Xavi que ce que certains médias espagnols essayent de nous faire croire. Si les supporters sont pour la plupart favorables au retour de Xavi Hernández dans quelques années, ils pensent également qu’il serait une erreur de se précipiter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduire »