France-Belgique : l’histoire de deux meilleurs ennemis

Si le mot « seum » n’est pas encore officiellement rentré dans le dictionnaire, il a pourtant laissé son empreinte sur l’année 2018. Ce mot représente l’état de dégoût d’un adversaire vaincu. Après leur défaite en demi-finale de coupe du monde face à la France, les Diables Rouges ont été la cible de moqueries pendant de longs mois. À tel point qu’une nouvelle expression fut inventée : avoir le « seum » comme un belge…

La rivalité entre la Belgique et la France ne date pourtant pas d’hier. Les blagues et taquineries entre ces deux peuples ont toujours existé. C’est aussi ce qui fait le charme de cette relation franco-belge si spéciale. Mais depuis ce match en Russie, la rivalité a pris un nouveau tournant. Au fil du temps, l’écart de niveau entre ces deux sélections se rétrécit de plus en plus et il n’y a nul doute que leur prochaine opposition sera suivie de près par la planète foot.

Le jour où tout a basculé

France - Belgique : D'une tête au premier poteau, Umtiti ouvre le score sur  corner - Eurosport
Ce corner restera à jamais gravé dans la mémoire des supporters (crédit image : Eurosport)

Mardi 10 juillet 2018, il est 23 heures à Saint-Pétersbourg et la France vient de se qualifier pour la finale de la coupe du monde après avoir battu la Belgique. Le match s’est joué à peu de choses et s’est conclu sur le plus petit des scores (1-0). Ce soir-là, les Belges ont encore une fois montré qu’ils n’avaient pas grand chose à envier au groupe de Deschamps. Mais malheureusement, dans le monde professionnel, des détails peuvent coûter une place en finale.

Au terme de la rencontre, la frustration des Diables Rouges s’est faite ressentir dans le micro des journalistes. Beaucoup de joueurs se sont alors plaints d’avoir perdu malgré leur domination sur le terrain. Le jeu des Français a également été fort critiqué par les hommes de Roberto Martínez. Un jeu jugé trop défensif et opportuniste selon leurs adversaires du jour.

À LIRE : Euro 2020 : F comme France

« On a presque tout bien fait, on a contrôlé le match la plupart du temps. L’équipe de France ne pratique pas le plus beau jeu, mais elle est très solide défensivement et marque sur ses occasions. Je préfère perdre avec la Belgique que gagner avec la France. On a le plus beau jeu, c’est plus mon style », avait critiqué Eden Hazard

« Je ne dirais pas que l’équipe en face était meilleure que nous. L’équipe de France a bien défendu à onze à 35 mètres de son but, comme elle l’a fait depuis le début du tournoi. La frustration est là car on perd contre une équipe qui n’est pas meilleure que nous, on a perdu contre une équipe qui joue à rien, qui défend », sulfatait Thibaut Courtois

Suite à ces déclarations, la Belgique va devenir la risée des réseaux sociaux. Leur soi-disant mauvaise foi porte alors un nom : le « seum ». Se moquer des Diables rouges et de son gardien de but Thibaut Courtois va même devenir une sorte de mode sur Twitter. Au bout d’un moment, les sarcasmes incessants des Français vont finir par exaspérer le peuple belge. Aujourd’hui, après plus de trois ans, ils n’attendent qu’une chose… la revanche.

Les parodies et moqueries se sont enchainés sur les réseaux sociaux (crédit vidéo : BLC TV)

L’avis des supporters

France - Belgique : une rivalité qui va bien au-delà d'une demi-finale - Le  Parisien
Durant la coupe du monde, c’était tendu entre supporters belges et français (crédit image : Le Parisien)

Dans cette question de rivalité, les supporters ont une grande part de responsabilité. Ce sont eux qui entretiennent et nourrissent les débats. Certains sont prêts à défendre leur pays corps et âme alors que d’autres relativisent et tentent de faire preuve d’objectivité. Mais que pensent réellement les fans de cette confrontation franco-belge ? Est-ce un match particulier pour eux ? Ressentent-ils une certaine rivalité dans leurs pays respectifs ? Ce match pourrait-il devenir un futur Classique en Europe ?

Contre toute attente, les supporters des deux camps partagent pour la plupart les mêmes opinions sur le sujet. Selon eux, la rivalité a pris une nouvelle dimension depuis cette demi-finale de coupe du monde. C’est en tout cas ce que ressent Benjamin, fervent supporter des Diables Rouges : « Avant la coupe du monde 2018, on parlait beaucoup moins de rivalité. Bien qu’elle ne date pas d’hier, je ressens aujourd’hui dans mon pays un véritable intérêt pour cette confrontation. En Belgique, il y a un réel désir de revanche depuis la défaite en Russie. Le prochain match contre la France est très attendu chez nous ! »

Korantin, lui, supporter des Bleus se demande si ce duel de titan a la capacité de perdurer dans le temps. « Je ne sais pas si la Belgique arrivera à maintenir le niveau de l’équipe de France à travers les années. Actuellement, ils ont une génération dorée truffée de talents mais le futur de cette sélection est incertain. Quand les joueurs cadres prendront leur retraite, ce sera à ce moment là de voir comment réagira cette équipe. Arriveront-ils à garder leur niveau actuel ou vont-ils redevenir une équipe moyenne ? La réponse à cette question sera déterminante dans la tournure que prendra cette rivalité franco-belge. »

À LIRE : Euro 2020 : B comme Belgique

Pour finir, tous sont d’accord pour dire que le prochain match opposant leurs pays aura forcément une saveur spéciale. Les Belges tiendront absolument à se venger alors que les Français, quant à eux, voudront à tout prix démontrer une fois de plus leur supériorité sur le plat pays. Pour être fixé, il faudra patienter jusqu’au 7 octobre, date de la demi-finale de Ligue des nations opposant les Bleus aux Diables Rouges. À moins que ces deux sélections ne se retrouvent déjà cet été à l’occasion de l’Euro 2020 pour une rencontre qui s’annonce mémorable.

Une rivalité qui dépasse le cadre footballistique

Coupe du monde . Football : ça frite entre Français et Belges
Si la coupe du monde 2018 a mis en lumière la rivalité entre la Belgique et la France, elle est pourtant loin d’être nouvelle (crédit image : Républicain Lorrain)

Je t’aime… moi non plus. Voici l’expression qui résume parfaitement la relation qu’entretiennent Français et Belges depuis de longues années. En effet, ces deux meilleurs ennemis adorent se charrier. Mais les taquineries ne se limitent pas qu’au plan sportif. De l’inventeur de la frite au meilleur auteur de bande dessiné francophone, tout domaine est bon à comparer entre les deux voisins.

Les blagues et moqueries rythment la rivalité. En France, l’image stéréotypé du Belge est celle d’une personne un peu lourde, simple, mais sympathique malgré tout. À l’inverse, le Français est lui vu comme quelqu’un d’hautain, arrogant et fermé d’esprit par ses voisins du Nord. Cédric Uttwiller, gérant d’un café français installé en Belgique depuis seize ans, connait bien ces clichés. « Les remarques, j’en ai l’habitude, si elles restent dans la grande majorité bon enfant et amicales, il y en a certaines qui sont justes idiotes et méchantes. »

Selon Catherine Lanneau, professeure d’histoire à l’Université de Liège, le clash serait avant tout une question d’ego. « Le Belge francophone adore détester le Français mais il fait semblant. Il envie à la France sa gastronomie et la diversité de ses paysages. » Pour rappel, la France est la destination préférée des Belges en vacances. On est donc très loin d’une profonde haine mais plus proche d’une querelle amicale. De toute manière, comme le dit l’expression, « Qui aime bien châtie bien… »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduire »