Euro 2020 : J comme Joachim Löw

Joachim Low

Pas un grand joueur mais un grand sélectionneur. Joachim Löw a impressionné depuis qu’il dirige la sélection allemande. À 61 ans, l’Euro 2020 est pour lui la fin d’une longue histoire d’amour avec le peuple allemand. De 2006 à 2021, il aura beaucoup donné, beaucoup gagné.

Né le 3 février 1960, Joachim Löw est plein d’expérience. Ainé d’une fratrie de quatre garçons, il vit dans son village natal près de Fribourg-en-Brisgau. Pas vraiment le meilleur joueur, Löw parvient tout de même à atteindre le niveau professionnel. Il débute sa carrière professionnelle en 1978 chez lui, au SC Fribourg, en 2. Bundesliga. Après deux saisons en deuxième division, l’avant-centre rejoint Stuttgart. Alors pensionnaire de Bundesliga, il ne joue presque pas.

Voué au poste d’entraîneur

Suite à cette mauvaise expérience, il part en direction de Francfort. Joachim Löw prend part à 24 rencontres. Cependant, il comptabilise seulement 5 buts. Deux ans après son départ, il retourne dans son club formateur. Titulaire en deuxième division, il marque 25 buts. Par conséquent, en 1984, il retente sa chance au plus haut niveau, au Karlsruher SC. Là aussi remplaçant, il ne parvient pas à s’imposer. Une saison suffit pour que Joachim Löw refasse son retour à Fribourg. Il y restera de 1985 à 1989, période dans laquelle il compte 38 réalisations.

Pour la fin de sa carrière de joueur, il part en Suisse. Pendant deux saisons il joue sous les couleurs du FC Schaffhouse puis au FC Winterthur. Dans ce club, Joachim Löw entraine aussi les jeunes. Enfin, en 1994, il fait comprendre à ses observateurs qu’il souhaite devenir entraîneur. En effet, il rejoint le FC Frauenfeld, en troisième division suisse où il occupe le poste d’entraîneur-joueur. D’autre part, Joachim Löw suit une formation pour être entraîneur. Il ne pourra pas la terminer puisque le VFB Stuttgart lui propose un contrat en 1995. Il fait son grand retour en Allemagne. Joachim Löw est alors l’adjoint de Rolf Fringer.

Joachim Löw soulève fièrement son premier trophée de sa jeune carrière ! (crédit photo : DFB)

Lors de l’année suivante, ce dernier reçoit une offre de la sélection suisse quatre jours avant le début de la saison. Sans réelle solution, Stuttgart place Löw à la tête de l’équipe première. C’est officiellement le début de l’aventure. Ses six premiers matchs sont six victoires. En 1997, il remporte son premier trophée, la Coupe d’Allemagne. Durant ses deux saisons, Joachim Löw a un bon bilan. En effet, avec un total de 89 matchs, il en remporte 46 pour seulement 23 défaites.

C’est parti !

Il s’exile en Turquie après cette première réussie où Fenerbahçe l’attend. Il parviendra à emmener le club à la deuxième place pour sa première saison hors de son pays natal. Une année et puis s’en va. En 1999, il rejoint le Karlsruhe SC, club pour lequel il a joué étant joueur. Alors en deuxième division, le club est relégué. En 2000, il retourne en Turquie mais l’expérience est tout aussi mauvaise. En effet, après six matchs, son sort est le même qu’avec le club précédent : il est licencié. Néanmoins, Löw rebondit bien en ralliant l’Autriche.

En 2002, il mène le FC Tirol Innsbruck, tenant du titre, à un nouveau sacre puisqu’il remporte le championnat. Malheureusement, pour lui, les joueurs, les supporters et les employés, le club fait faillite. Joachim Löw se doit de trouver un nouveau point de chute. C’est chose faite. L’Austria Vienne l’engage. C’est de nouveau un très court passage puisqu’il n’y reste qu’à peine une saison. À la recherche de stabilité, Joachim Löw ne fait que d’enchaîner les clubs avec plus ou moins de réussite. Assez pour trouver son bonheur, la sélection allemande.

L’Allemagne dans le sang

Cette histoire d’amour débute en 2004 quand Joachim Löw arrive à la tête de la sélection allemande. Il débarque dans ce nouvel environnement en tant qu’assistant de Jürgen Klinsmann. Ils formaient un duo complémentaire dans lequel Löw s’occupait de la partie tactique. Leur première et unique compétition internationale reste la Coupe du Monde 2006. Cette dernière se solde par une belle troisième place. Pour autant, Jürgen Klinsmann ne prolonge pas et quitte le navire. Joachim Löw se retrouve seul à la tête de l’Allemagne. À noter qu’il n’est que le troisième sélectionneur à ne pas avoir joué en tant que joueur pour le pays. Trois sur dix, c’est peu. L’aventure débute de la meilleure des manières. En effet, l’Allemagne s’impose pour ses cinq premiers matchs. Aucun sélectionneur allemand n’avait réalisé un tel départ.

Le fameux duo allemand s’est rencontré durant leur formation pour devenir entraîneur (crédit photo : T Online

Déjà qualifiée pour l’Euro 2008, l’Allemagne de Joachim Löw connait sa première défaite en match officiel en 2007 face à la République Tchèque. Durant cette Euro, les Allemands échouent en finale face à l’Espagne. Score final 1-0. La prochaine compétition majeure est la Coupe du Monde 2010 en Afrique du Sud. De nouveau confrontée à l’Espagne en demi-finale, la Nationalmannschaft ne parvient pas à prendre sa revanche. Le match se termine sur le même score que la finale en 2008. L’Allemagne termine troisième de cette Coupe du Monde. Pour l’Euro 2012, l’Allemagne se défait du Portugal, des Pays-Bas, du Danemark et de la Grèce avant de s’incliner face à l’Italie. Mario Balotelli sera au rendez-vous en inscrivant les deux buts de la victoire. Joachim Löw échoue, une nouvelle fois, aux portes de la finale.

Sur le toit du monde

La Coupe du Monde 2014 est un moment mémorable pour tous les Allemands. Ces derniers gagnent leur match d’ouverture face au Portugal (4-0) et terminent premier de leur poule. En huitième de finale, ils ont à faire à une très belle équipe de l’Algérie. L’Allemagne pourra remercier Manuel Neuer. Ensuite, ils sortent la France sur le score de 1 but à 0 avant de réaliser une performance d’anthologie. En effet, devant leur public, les Brésiliens s’inclinent 7-1 ! 7 buts à 1 dans une demi-finale de Coupe du Monde ! Du jamais vu. En finale, les hommes de Joachim Löw sont opposé aux coéquipiers de Lionel Messi.

Joachim Löw, au centre de toutes les attentions (crédit photo : France TV)

Dans un match très serré, c’est Mario Götze qui libère son peuple dans les prolongations. L’Allemagne est sur le toit du monde. Joachin Löw est aux anges. Il est désigné meilleur entraîneur de la saison. Pour l’Euro 2016, il se sait attendu. Mais la France, plus forte, prend sa revanche en demi-finale. Enfin, la Coupe du Monde 2018 ne se passe pas come prévu puisque les Allemands sont éliminés dès les phases de poule. La fin d’un cycle ? Peut-être.

En tout cas, Joachim Löw a annoncé en mars dernier quitter la sélection allemande à l’issue de l’Euro 2020. Comme pour dire au revoir aux supporters. Celui qui comptabilise le plus de victoires, qui a décroché la quatrième Coupe du Monde de son pays et qui est le deuxième entraîneur avec le plus de matchs avec la sélection au compteur restera dans la mémoire. Son style, ses victoires, sa longévité seront, à jamais, associée à cette équipe allemande.

Suivez-nous sur tous nos réseaux pour ne rien manquer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduire »