Burak Yilmaz : papy fait de la résistance

Burak Yilmaz

Burak Yilmaz est un peu comme un bon vin, il devient meilleur avec l’âge. Lors de son arrivée au LOSC l’année dernière, peu de personnes croyaient en lui. Après tout, qui pouvait prévoir qu’un buteur de 35 ans sans aucune expérience dans un championnat majeur allait permettre à Lille de décrocher le trophée de champion de France.

Le buteur turc fait partie de ce type de joueurs très spéciaux qui ne laissent personne indifférent. Sa carrière atypique et son caractère bien trempé intrigue et fait parler de lui. Souvent critiqué, Burak Yilmaz a toujours réussi à faire taire ses détracteurs grâce à une mentalité et un talent hors norme. Cette année, celui qu’on appelait déjà le roi Burak en Turquie vient d’être à nouveau couronné. Sauf que cette fois-ci, c’est à des milliers de kilomètres de son pays natal, dans le Nord de la France.

Un leader dans l’âme

Dimanche 23 mai 2021, il est 23 heures et le LOSC est sacré champion de France après une saison époustouflante. L’ambiance à Lille est folle. Entre tous les chants et cris de joie des supporters nordistes, un nom retentit tout particulièrement sur la Grand-Place : celui d’un certain Burak Yilmaz.

Ligue 1 : Lille résiste à la pression et s'offre le titre de champion de  France
La réaction de l’attaquant turc après avoir fait le break sur pénalty dans un match à l’allure de finale au stade Raymond-Kopa d’Angers (crédit image : RTBF)

En l’espace d’une saison, ce grand garçon de 35 ans a su rentrer dans le cœur des fans et est même devenu le chouchou des Lillois. « Même si son avenir est incertain chez nous, il sera toujours le bienvenu ici. On ne peut qu’avoir de l’admiration et du respect pour un joueur comme lui. Il a toujours tout donné pour le club et ne s’est jamais caché. C’est un leader, un vainqueur, une véritable machine », confiait un supporter des Dogues ému suite au titre remporté par son équipe favorite.

En effet, le mot machine représente plutôt bien Burak Yilmaz. Depuis ses débuts en France, il montre l’image d’une personne imperturbable et sûre d’elle. Son mental d’acier ainsi que son expérience lui ont permis de devenir le mentor de cette jeune équipe lilloise. Il a su rassurer ses coéquipiers et a remotivé ses troupes quand le doute s’installait dans le vestiaire nordiste.

Un vrai leader est primordial dans ce genre de moment. Au delà de ses buts et de ses performances sur le terrain, c’est aussi pour sa mentalité de vainqueur que Burak Yilmaz a été si important dans le triomphe des Dogues

Après le match nul face à Saint-Étienne (journée 37) qui n’arrangeait pas du tout les hommes de Christophe Galtier, certains joueurs baissaient la tête. Ils avaient peur de l’échec. Ils étaient anxieux à l’idée de s’effondrer sous la pression de l’ogre parisien qui les collait de près au classement général. Burak Yilmaz, lui, savait très bien que le destin de son équipe restait entre leurs mains. Il suffisait simplement aux Lillois de s’imposer à Angers pour être sacré champion.

Le roi Burak

Burak Yilmaz n’est pas un footballeur comme les autres. Avec lui, c’est tout ou rien. C’est simple, soit on l’adore, soit on ne l’aime pas. Depuis de longues années, il déchaîne les passions des supporters par ses interventions dans les médias, son caractère et son audace. Malgré tout, on ressent une réelle fierté du peuple turc à son égard. Ce n’est pas pour rien qu’on le surnomme le roi Burak.

Burak Yılmaz Beşiktaş'ta bu kez parlıyor | Goal.com
Faire taire les critiques en répondant présent sur le terrain : la grande spécialité de Burak Yilmaz (crédit image : Goal)

Si sa carrière et son statut dans son pays natal est si spécial, c’est parce qu’il a eu le culot de jouer dans les trois grands clubs rivaux d’Istanbul : Beşiktaş, Fenerbahçe et Galatasaray. Il n’a pas non plus hésité à rejoindre les rangs d’un autre grand rival de ces derniers : Trabzonspor. En réalité, la plupart des supporters d’un club de Süper Lig l’ont déjà détestés au cours de leur vie.

À LIRE : Le 11 des révélations de la Ligue-1 2020/2021

À cette époque, les sifflets et tentatives de déconcentration dans les stades faisaient partie du quotidien de l’attaquant turc. Mais cela ne le perturbait point, au contraire, ça l’amusait. À vrai dire, Burak Yilmaz raffole de ce genre d’ambiance et ne craint absolument pas la pression. Dans les médias, il n’hésite d’ailleurs pas à lancer des piques à ses anciens clubs pour rajouter de l’huile sur le feu.

« C’est un joueur qu’on aime détester au début et, à la fin, on l’aime tout court. Il est très souvent insulté pendant les échauffements, notamment quand il arrive dans un club, mais ça ne lui fait rien. Ça le fait même rire. Il connaît les supporters turcs. Il me disait : ‘’Dès que je vais marquer, tu vas voir, ils vont changer d’avis. » »

Son ancien coéquipier de Galatasaray, Aurélien Chedjou, se souvient d’un joueur capable de retourner le public. Ouest France

Les relations qu’entretiennent les fans avec Burak Yilmaz se sont toujours distinguées en deux phases différentes. Au début, les supporters ne l’aiment pas, ils ne sont pas contents qu’un « traître » rejoigne leurs rangs. Quelques mois plus tard, ils l’adorent et l’acclament. En effet, le natif d’Antalya a ce don de faire retourner les vestes en tribune.

Le patron de la sélection

La Milli Takim est très attendue à l’Euro 2020. Bien que la sélection turque ne fasse pas partie des plus grands noms de cette compétition, il ne faut absolument pas la sous-estimer. Son sélectionneur, Şenol Güneş, semble enfin avoir trouvé un équilibre idéal dans son groupe de joueurs. L’effectif est un parfait mélange de jeunesse et d’expérience. Parmi les cadors de ce groupe se trouve leur incontournable capitaine : Burak Yilmaz !

Les Pays-Bas entament les qualifications par une lourde défaite en Turquie  (4-2) - Eurosport
La Turquie pourra compter sur Burak Yilmaz pour l’Euro 2020 (crédit image : Eurosport)

Comme avec les Dogues cette saison, il assume son rôle de leader sous la tunique rouge et blanche. En tant que capitaine, il prête une attention toute particulière aux jeunes de son pays. Il n’hésite jamais à les aider et les pousse toujours vers le haut.

« Son arrivée au LOSC m’a rendu à la fois fier et heureux. Il m’a tellement aidé quant on jouait à Trabzonspor. J’ai énormément appris de lui, que ce soit sur le terrain ou en dehors. »

Yusuf Yazici ne tarit pas d’éloges pour son coéquipier en club et en sélection. Lille OSC

Au delà du côté humain, notons que Burak Yilmaz est un élément indispensable de cette sélection turque. Il avait encore montré en mars dernier, lors des phases de qualification à la coupe du monde 2022, qu’il est actuellement dans la forme de sa vie. En tout cas, ce ne sont pas les Néerlandais qui diront le contraire… Il y a quelques mois, les Oranjes s’étaient inclinés sur le lourd score de 4-2 face aux Turcs. Un match illuminé notamment par la superbe performance de Yilmaz qui s’était offert un magnifique triplé ce soir-là.

Les supporters néerlandais se souviendront longtemps du nom de Burak Yilmaz (crédit vidéo : OnsOranje)

À quelques jours du lancement de l’Euro 2020, on peut s’attendre à voir l’équipe de Şenol Güneş briller. Mais avant cela, il faudra d’abord se qualifier dans un groupe A composé de l’Italie, la Suisse ou encore le Pays de Galles. Rien n’est pas encore gagné mais une chose est sûre, un homme se battra pour la réussite de cet objectif. Le peuple turc pourra compter sur celui qui les a fait passer de la haine à l’amour, celui qui les fait vibrer depuis tellement d’années, ce personnage si particulier de la planète foot : le roi Burak.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduire »