Kieffer Moore, de sauveteur en mer à sauveur de sa nation

4

Kieffer Moore ou plutôt Kieffer Roberto Francisco Moore de son vrai nom, s’est porté en sauveur pour son pays en marquant dès la première journée face à la Suisse après avoir été un simple sauveteur en mer. Loin d’un Gareth Bale, le Gallois, mesurant un mètre quatre-vingt-seize, a permis aux siens de se qualifier pour les huitièmes de finale de la Coupe d’Europe.

Inconnu ou presque il y a encore quelques jours, Kieffer Moore est la belle histoire de cet Euro 2020. Un parcours inhabituel, un profil atypique et un style de jeu peu élégant. L’attaquant gallois est né le 8 août 1992 à Torquay en Angleterre. C’est aussi dans cette ville qu’il découvre le football. Un terrain, un ballon, des buts et des copains, le Torquay United a entre ses mains un futur grand. Eh oui, personne ne le sait à ce moment mais à 20 ans, Kieffer Moore fera un mètre quatre-vingt-dix ! Malheureusement pour les jeunes du coin, le club ferme ses portes alors que Moore n’est âgé que de 12 ans.

Une histoire qui semble banale…

Tout commence réellement dans les divisions amateures anglaises. Kieffer Moore inscrit 47 buts en 43 matchs avec les Paignton Saints. Impressionnant. Mais ce n’est que le début. Cette performance lui permet de signer pour le Truro City, en septième division. A peine arrivé et déjà 7 buts en autant de rencontres. Pas de temps d’adaptation. De nouveau, il impressionne et semble gravir petit-à-petit les échelons.

Ainsi, Dorchester Town le recrute pour 18 mois, nous sommes en février 2013. En sixième division anglaise, Kieffer Moore s’éclate. Avec pas moins de 20 réalisations, il termine quatrième meilleur buteur du championnat en ayant été écarté des terrains pendant plusieurs semaines suite à une blessure à la cuisse. Après un test échoué pour rejoindre Charlton Athletic en mai 2013, le Gallois prend son temps mais s’envole finalement vers la Norvège. Il arrive dans ce tout nouveau pays en 2015 et s’engage avec le Viking Stavanger, club de première division. L’expérience est de courte durée puisqu’il ne participe qu’à 11 matchs, ne disputant que 300 minutes. C’est peu. Trop peu pour lui.

Kieffer Moore et toute sa rage de vaincre lors de son but face à la Suisse (crédit photo : DH)

Kieffer Moore fait donc son retour dans son pays natal, où il enchaine les clubs. Forest Green d’abord, puis Torquay United, Ipswich Town ensuite, et enfin un prêt à Rotherham. Ces différents changements se font entre janvier 2016 et janvier 2018. Kieffer Moore ne trouve pas de stabilité mais marque des buts. Finalement, il fait ce que l’on demande de faire à un attaquant : être décisif. Il joue, il marque. Le FC Barnsley le recrute pour la deuxième partie de la saison. L’objectif est clair : éviter la relégation en troisième division. Kieffer Moore n’y pourra rien, son club étant relégué à l’issue de la saison. Lors de l’exercice suivant, ce dernier reste tout de même dans cette même équipe. L’attaquant parvient même à porter les siens vers la promotion. Ainsi, Barnsley et Moore sont de retour en deuxième division !

Kieffer Moore sous les couleurs de Cardiff City (crédit photo : Sky Sports)

Durant cette belle saison, il s’impose comme un titulaire indiscutable. L’attaquant gallois joue 31 matchs de championnat pour 17 buts. Moore est l’un des artisans de la remontée de son club. Il rallie Wigan durant l’été 2019 pour près de 3 millions d’euros. A l’heure actuelle, il joue sous les couleurs de Cardiff, club présent sur le territoire de sa sélection. Cette saison, Kieffer Moore a sorti une belle copie avec 20 réalisations. Pas mal pour sa première avec les Bluebirds de Cardiff.

… mais qui est loin de l’être

Le foot n’est pas ou plutôt n’était pas le centre de sa vie. En effet, en 2013, Kieffer Moore, en plus du football, était sauveteur en mer et coach sportif. Ces deux métiers lui permettaient d’obtenir un revenu correct tout en pouvant exercer sa passion. Ainsi, le Gallois entretenait toujours le rêve de devenir joueur professionnel. En 2016, lors de la magnifique épopée de son pays, Kieffer Moore est comme tout Gallois, devant sa télé. Difficile de l’imaginer sur le terrain. En effet, l’attaquant de pointe ne joue que dans les divisions inférieures et vit donc cette performance en tant que supporter. C’est deux ans après que tout bascule. Une blessure, une potentielle fin de saison mais surtout un mental d’acier.

« Kieffer Moore n’apporte pas seulement une présence devant, c’est bien plus que cela. Il a une bonne touche de balle pour sa taille (1m95) et il travaille énormément, avec des courses importantes. Il m’impressionne à chaque fois qu’il porte le maillot du Pays de Galles. »

Robert Page

En février 2018, alors qu’il joue pour Barnsley en troisième division, Kieffer Moore reste inconscient pendant huit minutes sur la pelouse. Une frayeur qui freine le natif de Torquay dans son évolution. Les médecins souhaitent une fin de saison immédiate pour lui. Mais Moore n’est pas de cet avis. Deux mois. Deux mois lui auront suffit pour retrouver les terrains au lieu de six. La performance est d’autant plus impressionnante que Ryan Mason, ancien joueur de Hull City, avait lui dû arrêter sa carrière suite à une blessure similaire. En septembre 2019, Kieffer Moore fait le choix de la sélection galloise. Né en Angleterre, son grand-père est originaire du Pays de Galles ce qui le rend éligible à la sélection. Comme un signe, il rejoint, un an après, Cardiff City, club gallois.

Dans le dernier quart d’heure de la première journée, Kieffer Moore délivre les siens sur un magnifique coup de tête !

Cet été, il participe à sa première compétition internationale. Avec 5 buts en 17 sélections avant l’Euro, il n’était pas forcement dans les plans de base. Mais le très grand attaquant s’est montré décisif et a gagné la confiance de son nouveau coach, Robert Page. Deux matchs entiers puis trente minutes face à l’Italie, Kieffer Moore joue et marque. C’est lui qui a inscrit le but de l’égalisation face à la Suisse. Sur une passe décisive de Joe Morrell, Kieffer Moore avait permis aux siens d’obtenir un point précieux dans la course à la qualification. Dès le premier quart d’heure, il avait déjà une arcade ouverte. Moore est un battant qui donne tout sur le terrain comme le disait son coéquipier à Cardiff, Joe Ledley : « Personnellement, je suis un grand fan de lui, j’irais avec Kieffer Moore à l’avant, tout le temps. »

A VOIR : Groupe A : À la découverte de Joe Morrell !

C’est l’histoire de sa vie, des combats, des blessures, des échecs, mais au final, c’est bien lui qui a fait lever la foule. Celui que l’on attendait le moins il y a quelques années…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduire »