L’UEFA Europa Conference League, pour qui et pourquoi ?

60c8c2564b875

En décembre 2018, et ce après plusieurs années de réflexions, l’UEFA annonçait officiellement la création d’une troisième compétition européenne, dont la première édition devait avoir lieu en 2021. Petit bond de deux ans et demi, et nous y sommes enfin. Pourtant, peu de gens semblent connaître réellement les détails de cette compétition, qui s’avère bien différente de ses deux grandes sœurs que sont l’UEFA Champions League et l’UEFA Europa League. Coup d’œil sur l’UEFA Europa Conference League, et les enjeux que cette dernière représente… 

Après la Coupe Mitropa, la Coupe des villes de foires, la Coupe d’Europe des Vainqueurs de Coupe, la Coupe Intertoto, la Coupe d’Europe des Clubs Champions, qui deviendra par la suite la Ligue des Champions et enfin la Coupe de l’UEFA, qui deviendra par la suite l’Europa League, le monde du football va découvrir en cette saison 2021-2022 la 7e compétition européenne de son histoire. L’UEFA Europa Conference League, un nom à rallonge pour une compétition unique, qui a pour objectif principal de mettre en lumière des clubs et nations moins représentés sur la scène européenne, et dont la Ligue des Champions et l’Europa League restent d’un niveau trop élevé. Toutefois, chaque club doit dument mériter sa qualification en phase de groupe… Explication. 

Qui est qualifié pour l’UEFA Europa Conference League ? 

L’Europa Conference League a comme particularité qu’aucun club n’est directement qualifié pour les phases de groupes de la compétition. Chaque équipe doit obligatoirement passer par au moins un tour qualificatif avant de pouvoir décrocher l’un des 32 billets donnant accès aux groupes. Cette nouvelle compétition recycle également certains aspects de ses ancêtres, à l’image de la coupe d’Europe des vainqueurs de coupe, puisque pas moins de 40 vainqueurs de coupe nationale participent aux tours qualificatifs de la compétition. Les autres moyens de se qualifier sont via le classement en championnat ou encore à la suite d’une élimination lors des tours qualificatifs de Ligue des Champions et d’Europa League.  

Avec l’Europa Conference League, l’UEFA affiche une volonté forte de donner une chance aux équipes moins structurées, possédant un budget moindre, et ainsi un effectif potentiellement plus faible. Ainsi, les tours qualificatifs sont divisés en deux voies : la Champions Path et la League Path. La Champions Path est réservée aux clubs éliminés des tours préliminaires de la Ligue des Champions, qui s’affronteront entre eux pour espérer entretenir leur objectif de football européen. La League Path rassemble les autres équipes, qualifiées selon le classement UEFA de leur nation.

Les nations du top 5 Européens (Angleterre, Espagne, Italie, Allemagne, France) n’auront qu’une seule équipe qualifiée en Europa Conference League. Les nations entre la 6e et la 15e place auront deux équipes qualifiées, soit une de moins que les nations classées entre la 16e et la 50e place. Enfin les quatre dernières nations au classement UEFA, classées entre la 51e et la 55e place auront deux équipes qualifiées. Le dernier qualifié sera le vainqueur de la coupe du Liechtenstein, la principauté n’ayant pas de championnat national. 

Pour symboliser cette image de compétition pour les plus petites équipes, la finale de la première édition se déroulera au Air Albania Stadium de Tirana, modeste enceinte de 22 500 places, plus petit que le Stade du Hainaut de Valenciennes, entre autres.  

L’Air Albania Stadium, inauguré par l’Equipe de France en 2019, accueillera la première finale de l’histoire de l’UEFA Europa Conference League (crédit photo : La Roche Sur Yon Ma Ville)

Comment atteindre les phases de groupes de l’UEFA Europa Conference League ? 

Le premier tour qualificatif, dont les matchs aller se déroulent ce jeudi, oppose 72 équipes. Ces 72 équipes se décomposent de la manière suivante :  

  • Le vainqueur de la coupe nationale pour les nations classées entre la 30e et la 55e place, soit 26 équipes. 
  • Le vice-champion pour les nations classées entre la 30e et la 55e place, soit 26 équipes. 
  • Le 3e du championnat des nations classées entre la 29e et la 50e place, soit 21 équipes. 

Le deuxième tour qualificatif se déroule quant à lui de la manière suivante, avec l’entrée en lice des équipes éliminées des tours qualificatifs de Ligue des Champions.  

  • 20 équipes éliminées des tours qualificatifs de Ligue des Champions s’affrontent entrent-elles  
  • 36 équipes qualifiées après le premier tour de qualification de l’Europa Conference League 
  • Le vainqueur de la coupe nationale pour les nations classées entre la 16e et la 29e place, soit 14 équipes 
  • Le vice-champion pour les nations classées entre la 16e et la 29e place, soit 14 équipes 
  • Le 3e du championnat des nations classées entre la 13e et la 28e place, soit 16 équipes 
  • Le 4e du championnat des nations classées entre la 7e et 15e place, soit 9 équipes 
  • Le 5e du championnat classé 6e au classement UEFA (Portugal). 

Le troisième tour qualificatif suit le même format. Ainsi, voici comment se décompose l’avant-dernier tour de qualification de l’UEFA Europa Conference League : 

  • Les 10 équipes qualifiées du Champions Path s’affrontent entrent-elles  
  • 45 équipes qualifiées après le second tour qualificatif d’Europa Conference League via la League Path 
  • Le 3e du championnat des nations classées entre la 7e et la 12 place, soit 6 équipes 
  • Le 4e du championnat classé 6e au classement UEFA (Portugal). 

Le 3e tour qualificatif laisse ainsi place aux barrages, dernière double confrontation avant l’accession aux phases de groupes d’UEFA Europa Conference League. Les barrages marquent notamment l’entrée en lice des équipes membres du top 5 européen, et de 5 équipes reversées d’Europa League.  

  • 5 équipes qualifiées du Champions Path, qui affronteront 5 équipes éliminées du 3e tour qualificatif d’Europa League. 
  • 26 équipes qualifiées après le troisième tour qualificatif d’Europa Conférence League via la League Path 
  • 3 autres équipes éliminées du 3e tour d’Europa League 
  • Le 6e du championnat des nations classées entre la 1ère et la 4e place, à l’exception de l’Angleterre, dont l’équipe qualifiée est le vainqueur de la Carabao Cup, sauf si celle-ci est déjà qualifiée en Ligue des Champions ou Ligue Europa. Auquel cas l’équipe qualifiée en Europa Conference League sera le 7e de Premier League. 
  • Le 5e du championnat de la nation classée 5e au classement UEFA (France). 

Les phases de groupes de l’UEFA Europa Conference League sont ainsi composées de 32 équipes : 17 équipes qualifiées grâce à la League Path, 5 équipes qualifiées grâce à la Champions Path, ainsi que 10 équipes éliminées en barrage d’Europa League.  

Qui sont les qualifiées en Europa Conference League et comment se sont-ils qualifiés ? (Crédit : Youtube JunGSa Football)

L’UEFA Europa Conference League possède également une particularité lors des phases de groupes. Si les huit vainqueurs de groupes sont qualifiés pour les 8es de finales de la compétition, les huit 2e de groupes devront passer par les 16es de finale, qu’ils disputeront face aux 8 équipes classées 3e de leur groupe d’Europa League.  

Pourquoi l’UEFA Europa Conference League est une bonne idée ?  

La création de l’UEFA Europa Conference League fait incontestablement débat. Jugée inutile par certains, cette compétition apporte cependant un certain renouveau dans le paysage footballistique européen. Alors qu’une nouvelle réforme de la Ligue des Champions suite à la récente polémique de la Superleague Européenne semble inévitable, revenir à certaines bases du football populaire ne peut que nous faire du bien.

Si certaines grosses équipes du top 5 Européens peuvent se qualifier et auront logiquement l’étiquette de favori, la majeure partie des affiches opposeront des clubs moins réputés, mais dont les joueurs se donneront assurément à 100% lors des matchs. Un football passion qui tend à nous manquer à l’ère du football business et ses millions.  

Une chance à saisir pour des nations sur le déclin 

Outre l’avantage de nous offrir un break dans l’hégémonie du top 5 Européens dans les phases finales des coupes d’Europe, la Conference League va permettre à certaines nations de redorer leur image et leur coefficient UEFA, pour ensuite pouvoir viser plus haut. C’est le cas notamment de la Turquie, de la Russie, ou même des Pays-Bas et du Portugal. Concernant les deux derniers cités, outre le FC Porto et l’Ajax Amsterdam, les autres clubs peinent à réaliser de belles épopées au niveau continental, et ce même en Europa League. 

Le dernier vainqueur de la Ligue des Champions et de l’Europa League hors du top 5 Européens est le même : le FC Porto, vainqueur de la Ligue des Champions 2004 et de l’Europa League 2011. Au fil des années, les clubs Portugais ont cependant accusé un lent déclin, peinant à réaliser de nouvelles belles épopées dans les différentes compétitions européennes.

À découvrir également : Il y a 30 ans, Belgrade dominait l’Europe

L’exemple le plus flagrant reste toutefois celui de la Turquie. Lors de cette saison 2020-2021, Besiktas (dès le 3e tour contre Rio Ave), Alanyaspor (également au 3e tour contre Rosenborg) et Galatasaray (en barrage contre les Rangers) ont échoué à atteindre les phases de groupes en s’inclinant contre des adversaires – sur le papier – inférieurs.

Les deux seuls représentants de la Turquie furent Istanbul Basaksehir en Ligue des Champions et Sivasspor en Europa League, qualifiés automatiquement en phase de groupe grâce respectivement à leur titre de champion et de vainqueur de la coupe de Turquie. Toutefois, aucun des deux clubs n’est parvenu à se qualifier pour la phase à élimination directe.  

L’Europa Conference League pourrait permettre à ces clubs de reprendre confiance et se mesurer à des équipes de leur niveau, et ce afin de créer une nouvelle dynamique. Un argument également valable pour les clubs français, qui, hormis le PSG et l’OL, peinent à exister sur la scène européenne.

Si le Stade Rennais a découvert la Ligue des Champions pour la première fois de son histoire la saison passée, l’Europa Conference League pourrait être l’alternative idéale pour s’aguerrir et gagner de l’expérience en espérant éventuellement vivre une longue aventure jusqu’en mai prochain. Si Rennes possède un effectif qualitatif, la 6e place pourrait réserver des surprises lors des prochaines saisons, à l’image de Reims lors de la saison 2019-2020, qui avait toutefois échouée dès les tours qualificatifs d’Europa League contre la modeste équipe hongroise de Fehervar, prouvant une nouvelle fois les lacunes et le manque d’expérience des clubs français sur la scène européenne.  

Quid des membres du top 5 Européens ?  

Si l’enjeu de cette compétition pour la majorité des clubs qualifiés est financier, au-delà de l’intérêt sportif de vivre de belles soirées européennes, quel est l’utilité de cette compétition pour les clubs du top 5 Européens, si ce n’est alourdir le calendrier ?  

Pour cette première édition, les clubs issus du top 5 européen à prendre part à l’UEFA Europa Conference League sont le Stade Rennais, l’AS Roma, Tottenham et l’Union Berlin. L’Espagne ne possède aucun représentant suite à la victoire de Villareal en Europa League, les qualifiant ainsi en Ligue des Champions.  

La présence de membres du top 5 Européens représente l’une des inquiétudes principales des détracteurs de l’UEFA Europa Conference League. La différence de niveau entre les nations est telle que ces 5 clubs – sans compter les 8 équipes reversées de Ligue Europa – pourraient aisément dominer la compétition. Toutefois, auraient-ils réellement un intérêt à le faire ? 

Eliminé par le Dinamo Zagreb la saison passée en 8es de finale d’Europa League, Tottenham est-il réellement le favori de cette première édition ? (Crédit Photo : The Athletic)

Prenons le cas de Tottenham. La Conference League n’apportera pas grand-chose au club, même en cas de sacre. Alors qu’une victoire en finale d’Europa League rapporte 8.5 millions d’euros, le vainqueur de la Conference League remportera 5 millions d’euros. 

Des montants qui profitent surtout aux petits clubs, qui peuvent assurer une certaine pérennité financière rapidement, alors que chaque club qualifié pour les phases de groupes de la compétition remporte 3 millions d’euros, un pactole pour des équipes irlandaises, estoniennes, islandaises ou d’autres pays mineurs.

En cas de sacre en Conference League, Tottenham pourrait toucher un prize money maximum de 15,8 millions d’euros (dans l’optique ou les Spurs remportent leurs 6 matchs de groupes). Un montant inférieur à celui octroyé à chaque équipe qualifiée en phase de groupes de Ligue des Champions (16 millions d’euros). Des efforts qui ne seraient ainsi pas forcément rentables pour un club aussi puissant que Tottenham, qui ne serait même pas qualifié en Ligue des Champions en cas de sacre, mais en Ligue Europa.

Les Spurs pourraient ainsi rapidement laisser tomber la compétition afin de se concentrer sur une place dans le top 4 de Premier League, qui assurerait une qualification en Ligue des Champions. De plus, la Premier League ne possédant pas de trêve internationale, les Londoniens pourraient être tenté de ne pas alourdir leur calendrier et risquer les blessures de certains joueurs clé.  

« Lorsqu’on est joueur ou entraîneur, on aime jouer des grands matchs. C’est une compétition dans laquelle on peut retrouver des ambiances de Coupe d’Europe voire de Ligue des champions. C’est très motivant. On a envie de vivre ça, d’avoir un rythme où on joue tous les trois jours ».

Bruno Genesio, à propos de l’UEFA Europa Conference League.

Toutefois, des clubs comme Rennes ou l’Union Berlin, dont l’objectif en championnat est moins élevé que celui des Spurs, pourraient voir d’un bon œil la possibilité d’une qualification directe en phase de groupe d’Europa League en cas de sacre, et joueront probablement la compétition à 200%.  

Ainsi, cette UEFA Europa Conference League a de quoi représenter une alternative intéressante au football business, et montrer un retour au football passion. Si tout le monde apprécie les grosses affiches de Ligue des Champions, qui n’est pas nostalgique des belles épopées européennes à l’image de Guingamp en Europa League ou du Dnipro, qui avait échoué en finale face au FC Séville d’Unai Emery ? Parfois comparée à la Coupe Intertoto, l’UEFA Europa Conference League en est à des années-lumière. C’est une compétition ambitieuse et prometteuse qui veut mettre en avant des clubs et nations moins médiatiques, mais qui possèdent tout autant la passion du ballon rond.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduire »