Nouveau Roi à Newcastle

Supporter de Newcastle, avant le premier match du club depuis son rachat, portant une écharpe des Magpies comme un turban traditionnel arabe.

Le club de Premier League a officiellement été racheté le jeudi 7 octobre 2021. Les nouveaux propriétaires sont le fonds d’investissement saoudien (PIF) possédant désormais 80% du club, PCP Capital dirigé par la femme d’affaires Amanda Staveley, ainsi que les frères David et Simon Reuben détenant quant à eux les 20% restants.

Près de 18 mois auparavant, ce projet de rachat n’a pas pu aboutir. Les causes de cet échec sont entre autres l’ONU qui dénonce le non-respect des droits de l’Homme en Arabie saoudite. Le principal concerné est notamment le prince héritier Mohammed Ben Salmane. Également le Qatar accusant l’Arabie saoudite d’être impliquée dans l’affaire BeoutQ dont a été victime sa vitrine médiatique beIN Sport. Maintenant, l’accord conclu, nous allons voir que cette volonté de rachat de Newcastle est bien entendu une opportunité économique pour l’Arabie saoudite, mais aussi bien politique.

l’Arabie saoudite : un train de retard

Les États du Golfe sont les pays suivants: le Koweït, l’Irak, Bahreïn, le Qatar, les Émirats arabes unis, et l’Arabie saoudite. Ce dernier se considère comme le pays le plus puissant des États du Golfe. D’un point de vue démographique, avec ses 34 millions d’habitants, en terme de superficie avec 2,15 millions de km². Et surtout, avec la présence sur ses terres des lieux saints de La Mecque et Médine. Le plan de développement « vision 2030 » mis en place par l’Arabie saoudite en 2016, a pour but de diversifier son économie notamment avec le sport.

« Le ciel est la limite pour nous car c’est un mandat dans le cadre de la vision 2030. Nous voulons organiser les meilleures compétitions, promouvoir l’Arabie saoudite en termes de tourisme. Nous allons utiliser le sport, la culture et le divertissement comme outil ».

Le prince Abdul Aziz Bin Turki Al Faysal compte bien faire rayonner l’Arabie saoudite mondialement durant les prochaines années. (The Financial Times)

Aujourd’hui, pour qu’un État démontre sa puissance, il doit posséder un club de football et y investir massivement. Sur ce point-là, l’Arabie saoudite a un train de retard par rapport aux autres pays du Golfe majeurs. Bien entendu, le Qatar possède le PSG qui lui offre une vitrine internationale colossale. De surcroît, ce pays est considéré au Moyen-Orient comme un « petit pays » avec seulement 2,8 millions d’habitants et une superficie de 11 571 km². L’exemple le plus parlant démontrant le retard de l’Arabie saoudite est Abu Dabi avec Manchester City et ses incroyables dépenses lors du mercato depuis son rachat en 2008.

L’arrivée des fonds du Golfe dans le football européen a changé le mercato au cours de la dernière décennie. (Crédit image : Statista)

Qatar VS Arabie saoudite : l’élément déclencheur

Le fait que l’officialisation du rachat de Newcastle intervienne peu de temps après la « réconciliation » entre le Qatar et l’Arabie saoudite est loin d’être anodin. Il y a depuis des années une tension aussi bien politique qu’économique entre ces deux pays.

« Il y a une compétition presque familiale entre ces nations pour savoir qui peut acheter le plus, faire le mieux. Si le Qatar investit un milliard de dollars, alors l’Arabie saoudite devra investir deux milliards »

Simon Chadwick, professeur de stratégie d’entreprise à Salford Business School, Royaume-Uni, ce que dit le professeur est notamment démontré avec le plan « vison 2030 ».(The Financial times)

Comme nous l’avons vu précédemment, dans le football l’Arabie saoudite a pris du retard. L’élément le plus symbolique est l’attribution de la première Coupe du Monde au Moyen-Orient, qui se déroulera au Qatar.


Le 2 décembre 2010, l’émir du Qatar, Hamad Ben Khalifa Al-Thani, se voit attribuer l’organisation de la Coupe du monde 2022. (Crédit image : SÉBASTIEN DERUNGS / AF)

Initié au mois de mai 2017, un blocus économique contre le Qatar est orchestré par l’Arabie saoudite et ses alliés, rompant ainsi toutes relations diplomatiques avec Doha.

« l’Arabie saoudite porte une accusation floue contre le Qatar, qui cache en définitive de nombreuses divergences politiques et économiques »

Karim Sader, politologue et maître de conférence à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, consultant spécialisé dans les pays du Golfe, évoque des divergences politiques et économiques que nous pouvons apercevoir à travers le football.

Quelque mois après ce blocus, la chaîne beIN Sport, diffuseur officiel de la Premier League en Afrique du Nord, et Moyen-Orient, appartenant au Qatar va subir l’un des plus gros piratage du monde. Le Qatar accusant directement l’Arabie saoudite d’y être impliqué. Par la suite, ces tensions vont prendre de l’ampleur dans le monde du football avec notamment le Qatar qui aurait empêché le rachat de Newcastle par l’intermédiaire de beIN Sport.

« Le danger de permettre l’acquisition d’une participation majoritaire (acquise directement ou indirectement) dans un grand club de Premier League par ce qui est effectivement le gouvernement saoudien ne peut être ignoré étant donné les actions illégales passées et continues du pays et leur impact direct sur les intérêts commerciaux de la Premier League, nous vous exhortons à examiner attentivement toutes les implications »

Dans une lettre adressé au patron de Premier League Richard Masters, Yousef Al-Obaidly, directeur général du groupe de médias beIN s’oppose à la tentative de rachat de Newcastle.

Ce blocus va finalement prendre fin le 4 janvier 2021, cessant aussitôt la crise diplomatique.

Le prince héritier saoudien embrasse l’émir du Qatar à son arrivée en Arabie saoudite.

Le Business avant tout

La principale raison du rachat de Newcastle par ce consortium reste le business. En effet, depuis des années, l’Arabie saoudite veut racheter un club de football, principalement en Angleterre. Après 2009, Liverpool était dans le viseur des Saoudiens. 481 millions d’euros étaient mises sur la table. Plus récemment, en octobre 2018 avec Manchester United où une somme faramineuse de 4,5 milliards d’euros était évoquée. C’est finalement Newcastle qui a été racheté pour 305 millions de livres, soit 355 millions d’euros.

« C’est un investissement à long terme. Nous somme enthousiasmés par les perspectives d’avenir de Newcastle United. Nous avons l’intention d’inculquer une philosophie unie à travers le Club, d’établir un objectif clair et d’aider à fournir un leadership qui permettra à Newcastle United de réaliser de grandes réalisations sur le long terme »

Amanda Staveley, PDG de PCP Capital Partners, donne le ton sur les ambitions du club. (The Mirror)

La Premier League est le championnat parmi le big five européen bénéficiant du plus grand rayonnement international et qui crée le plus de revenus. Avec des droits TV supérieurs à 2 voir 3 fois par rapport aux autres championnats européens, et partagés équitablement entre les clubs. Ces droits TV devraient stabiliser à 4,5 milliards de livres (5,2 milliards d’euros) entre 2023 et 2025.

De plus, Newcastle est également un club historique de Premier League. Un palmarès conséquent, avec notamment quatre titres de champion d’Angleterre et six coupes d’Angleterre. Avec des légendes comme l’attaquant anglais Alan Shearer, meilleur buteur du club. Mais aussi, les fans de Newcastle qui sont dévoués à 100% pour leur club. Ce qu’a bien compris le gouverneur du PIF, Yasir Al-Rumayyan.

« Nous sommes extrêmement fiers de devenir les nouveaux propriétaires de Newcastle United. L‘un des clubs les plus célèbres du football anglais. Nous remercions les fans de Newcastle pour leur soutien extrêmement fidèle au fil des ans. Nous sommes ravis de travailler avec eux »

La satisfaction et l’ambition du gouverneur du PIF après le rachat de Newcastle. (The Mirror)

Newcastle devrait avoir une enveloppe de transfert de plus de 200 millions lors du prochain mercato. En attendant de pouvoir étoffer cette enveloppe à l’avenir. De quoi faire rêver les supporters des Magpies !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduire »