Le Zimbabwe, petite écurie au cœur des scandales

zimbabwe

Qualifié pour la Coupe d’Afrique des Nations, qui se déroulera du 9 janvier au 6 février 2021 au Cameroun, le Zimbabwe est au centre des préoccupations. Entre un entraîneur limogé en septembre dernier et des joueurs d’ores et déjà forfaits, le Zimbabwe voit sa participation remise en cause à cause de nombreux scandales.

Deuxième de leur groupe lors des phases éliminatoires derrière l’Algérie, l’équipe nationale du Zimbabwe a pu accéder aux phases de poule. L’équipe des « Warriors », comme elle est surnommée, participera pour la cinquième fois à la CAN, la troisième consécutive depuis 2017. Cependant elle n’a pas dépassé la phase de groupe lors de ses quatre dernières apparitions. Son implication dans de nombreux scandales laissent planer le doute de sa capacité à se concentrer sur le jeu afin d’atteindre les phases finales.

Une participation remise en cause

Déjà sanctionnés par la FIFA lors des qualifications pour la coupe du monde 2018, en raison de salaires non payés, les Zimbabwéens voient leur participation à la CAN remise en question. En effet, le gouvernement zimbabwéen, plus précisément la Commission des sports et loisirs, a pris la décision de suspendre la Fédération zimbabwéenne de football (ZIFA) en novembre dernier. Les causes ? Une affaire de « fraude et harcèlement sexuel sur des femmes arbitres ». La fédération se voit reprocher une incapacité de faire face aux inégalités entre les sexes, notamment par rapport à l’équipe nationale féminine. Cette décision du gouvernement pose question à la FIFA et pourrait entraîner une interdiction de participer à la CAN.

La chaîne télévision Africa 24 a annoncé sur Twitter la suspension de la ZIFA.

À LIRE AUSSI : Sheriff Tiraspol, étoile d’un pays qui n’existe pas

Un problème de sélectionneurs

En septembre 2021, le sélectionneur des Warriors, Sunday Chidzambwa a été limogé. L’ancien international et sélectionneur, Norman Mapeza, a été nommé de nouveau, afin de le remplacer. D’abord annoncé comme simple remplaçant, il dirigera finalement la sélection lors de la CAN.

Norman Mapeza a été confirmé sélectionneur pour la CAN le dimanche 12 décembre.

La Confédération africaine de football (CAF) a annoncé que le Zimbabwe a jusqu’au 15 décembre pour dévoiler la liste des 23 joueurs sélectionnés pour la CAN. Cependant, aucune lettre d’invitation n’a été envoyée aux différents clubs pour avoir les disponibilités des joueurs, alors que les lettres auraient dû être envoyées deux semaines avant la date de regroupement. Selon Wellington Mpandare, le manager général des équipes nationales du Zimbabwe, la liste aurait été envoyée à la CAF. Elle sera rendue publique le 31 décembre.

À LIRE AUSSI : L’homosexualité dans le football féminin

Des joueurs d’ores et déjà forfaits

En plus du problème avec les entraîneurs, plusieurs joueurs ont récemment annoncé prendre leur retraite. C’est notamment le cas de Khama Billiat qui a pris sa retraite de la sélection. Désespérée, la ZIFA essaie tant bien que mal de faire revenir l’attaquant vedette des Kaizer Chiefs FC. Norman Mapeza s’est d’ailleurs dit surpris qu’il ne lui en ai pas parlé avant.

« Chaque histoire, aussi belle soit-elle, a une fin, c’est probablement la décision la plus lourde que j’ai jamais eu à prendre dans ma vie, mais c’est une décision que j’ai décidé de prendre avec un pincement au cœur »

Khama Billiat a estimé qu’il était temps de passer la main.

Brendan Galloway, quant à lui, a été blessé au genou le 23 novembre 2021 lors de d’un match avec son club Plymouth Argyle en League One. Ayant subi une opération, le joueur sera indisponible pendant un certain temps. Il ne participera pas à la CAN en janvier prochain.

Le scandale de l’Asiagate

L’Asiagate, en référence au scandale du Watergate, est un scandale de matchs truqués impliquant plus de 80 officiels et joueurs de l’équipe nationale du Zimbabwe.

Le scandale avait éclaté en 2012 après une enquête de la Commission des sports et loisirs. La question était de savoir pourquoi l’équipe nationale avait effectué une tournée en Malaisie en 2009 sans avoir reçu l’autorisation officielle de la ZIFA. Ces officiels et joueurs avaient travaillé avec des syndicats de jeux asiatiques pour arranger des matchs. Les matchs en question se sont déroulés entre août 2007 et janvier 2010. Si certains matchs ont été manipulés, certains n’auraient même jamais été disputés. L’entraîneur Norman Mapeza, de retour aujourd’hui, avait notamment été suspendu.

L’équipe du Zimbabwe avant le match face à la Thaïlande en 2009 (Crédit photo : Christian Bellgardt).

Récemment, le scandale Asiagate est revenu au jour alors que Rushwaya, ancienne directrice générale de la ZIFA, a été arrêtée. Après avoir découvert qu’il y avait des lingots d’or dans son sac à main dans un aéroport, Rushwaya tentait de fuir. Elle avait déjà été pointée du doigt pour trucage de matchs dans le scandale Asiagate. Pourtant acquittée par la justice en 2016, elle reste interdite de participer aux affaires dans le monde du football.

À LIRE AUSSI : Mauritanie : la CAN de la confirmation ?

Une participation doublement remise en cause

Après avoir vu leur nom entaché plusieurs fois, la sélection zimbabwéenne a dû faire face à un autre scandale, celui du scandale de Musona. Le capitaine Knowledge Musona a été aligné lors de leur match contre le Botswana, alors qu’il avait accumulé consécutivement trois cartons jaunes. Le capitaine aurait du être suspendu lors du match contre le Botswana mais il ne l’a pas été. C’est une lettre de la CAF datée du 1er avril 2021 qui le montre. Si la Fédération n’a pas répondu aux accusations, les nombreuses analyses et vérifications ont confirmé les statistiques.

Le but de Knowledge Musona face à la Tunisie en 2017.

En mai dernier, le scandale avait fait douter sur la participation du Zimbabwe, mais il semble peu probable que la nation soit finalement disqualifiée à cause de cette affaire.

Malgré tout, s’appuyer sur des joueurs forts

Si la liste des joueurs diminue, le Zimbabwe s’appuiera quand même sur des joueurs importants qui évoluent dans des gros championnats. Les supporters espèrent notamment pouvoir compter sur le lyonnais Tino Kadewere.

Après avoir raté les éliminatoires de la coupe du monde 2022 avec sa sélection ces derniers mois, la question de sa participation est plus que remise en question. A cause d’une blessure au quadriceps en octobre dernier, Kadewere a manqué plusieurs rassemblements avec la sélection et de nombreux matchs avec l’Olympique Lyonnais. Pourtant, il se sent « prêt à rejouer ». Malgré tout, il reste un joueur clé en attaque et le Zimbabwe aura besoin de ses capacités pour espérer passer les phases de poule. Kadewere pourra aussi profiter de la CAN pour retrouver du temps de jeu et du rythme.

Tino Kadewere à l’entraînement avec l’Olympique Lyonnais (Crédit photo : Damien LG Photo)

Tino Kadewere n’est pas le seul sur qui le Zimbabwe peut compter. La sélection pourra s’appuyer par exemple sur Marvelous Nakamba. Très fort ce mois-ci, Nakamba a été élu joueur du mois à Aston Villa.

À LIRE AUSSI : « BAF » s’associe avec la Liga !

Le Zimbabwe évoluera dans le groupe B contre le Sénégal, le Malawi et la Guinée. Mais il aura subi beaucoup de scandales qui auront perturbé leur équilibre ces derniers mois. Pourtant, il semble peu probable que les instances décident d’exclure la sélection zimbabwéenne de la CAN, surtout moins d’un mois avant le début de la compétition. Des procédures auraient déjà été engagées. Il faut maintenant attendre de voir quelles seront les tactiques choisies par le coach pour se concentrer sur leur objectif, afin d’aller le plus loin possible dans la compétition.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduire »