Le Malawi : les « Flammes » au combat

Malawi-Team

Dans le groupe B aux côtés du Sénégal, de la Guinée et du Zimbabwe, le Malawi n’est pas favori. Et pour cause, les Flammes font face à quelques difficultés.

Pour leur troisième participation à la Coupe d’Afrique des Nations, le Malawi débute mal sa compétition. Défaitistes de la Guinée le lundi 10 janvier, les Flammes devaient gagner leur prochain match contre le Zimbabwe ce vendredi 14 pour espérer passer le second tour. Chose faite avec une victoire 2-1. Avec 9 cas de covid-19 dans leur effectif au départ de la compétition, le Malawi connait quelques inquiétudes. Les Malawites ne sont en effet jamais allés au second tour de la CAN et se sont toujours arrêtés aux phases de poule. Leur dernière participation à la CAN remonte même à 2010.

Un poste d’entraîneur instable

Peu avant le début de la Coupe d’Afrique des Nations, le poste d’entraîneur a été retiré à Meke Mwase. C’est son directeur technique Mario Marinica qui bénéficie actuellement de la fonction de sélectionneur. Si Mwase reste tout de même dans l’effectif en tant qu’assistant, des questions se posent encore.

Suite aux mauvais résultats des Flammes lors des campagnes de qualification pour la Coupe du monde, les dirigeants du football malawite ont pris cette décision. Ils ont notamment jugé que Mwase n’avait pas les compétences tactiques nécessaires pour emmener les Flammes le plus loin possible. Mwase pourrait cependant retrouver son poste juste après la compétition.

« Ils disaient que c’était trop court (avant le tournoi, NLDR) de faire venir un autre sélectionneur et ils ont dit : ‘’ eh bien, Mario est déjà là et il connaît les équipes et les joueurs ».

Mario Marinica explique le choix des dirigeants de la Fédération Malawite de Football quant au choix de l’entraîneur.

Et malgré le fait que son poste soit instable, Marinica a beaucoup d’ambition pour le football malawite : « J’aime le football rapide et très rapide en me concentrant sur cinq piliers qui sont physique, mental, tactique, technique et social. Cela contribuera à améliorer les normes du football dans le pays ».

À LIRE AUSSI : La Squadra Azzura et ses « Oriundi » : un amour impossible ?

De gros problèmes financiers

Lors d’une conférence de presse publique, le président de la Fédération Malawite de Football, Walter Nyamilandu, a exposé les problèmes économiques auxquels ladite fédé est confrontée. Il a notamment évoqué le grand déficit budgétaire. En effet, le Malawi est un des pays les plus pauvres du monde. Sur les 679 millions de Kwacha malawien (environ 740 000 euros) qui devaient être rassemblés, la FAM ne possède que 524,5 millions de Kwacha malawien soit environ 560 000 euros.

Walter Nyamilandu fait appel à la bonne volonté des Malawites (Crédit photo : Africa Foot United).

Pour cela, il a invité toutes les personnes dans le pays qui le peuvent à les aider financièrement. Le budget de la fédération est d’ailleurs majoritairement financé par des donateurs ou des sponsors. Pour cette Coupe d’Afrique des Nations, les Flammes ont bénéficié d’une aide financière. 25 millions de Kwacha malawien (environ 27 000 euros) de la part du réseau GSM Airtel leur ont été accordés. Un soutien plus que nécessaire pour des Flammes en grande difficulté.

À LIRE AUSSI : La CAN féminine, entre espoirs et désillusions

Un développement par la base

La FIFA a retenu 15 arbitres malawites pour arbitrer les différentes compétitions qui auront lieu au cours de l’année 2022 : la Coupe du Monde masculine, féminine, la Coupe du monde des clubs… C’est le responsable du développement des arbitres de la FAM, Fredrick Kholopa, qui l’a annoncé en décembre dernier.

« Nous sommes ravis que la FIFA ait finalement approuvé les quinze noms que nous avons soumis pour le panel des arbitres internationaux 2022, qui comprend cinq femmes et dix hommes. Six sont des arbitres centraux et neuf sont des arbitres assistants. »

Fredrick Kholopa se réjouit de voir le football malawite se développer à travers l’arbitrage.

Et plus que le développement du football malawite par l’arbitrage, le sélectionneur Mario Marinica espère remonter à la base pour faire bouger les choses. Après avoir effectué des déplacements dans tout le pays, Marinica a pour ambition de renforcer les entraînements des centres de formation mais aussi des ligues. Son explication est la suivante : « Le développement du football est une clé majeure dans le football, mais si vous optez pour des raccourcis, il devient difficile de produire de bons résultats. »

À LIRE AUSSI : « Football data » : la révolution chiffrée

La reconstruction future

Sur les vingt-trois joueurs sélectionnés pour l’équipe du Malawi, seulement deux évoluent dans un championnat en Europe. Ces deux jeunes espoirs malawites sont Charles Petro, joueur du Sheriff Tiraspol (Moldavie) et Francisco Madinga, milieu de terrain du FC Dilla Gori (Georgie).

Les trois joueurs malawites Francisco Madinga, Charles Petro et Peter Banda.

Quelques absences ont tout de même pu surprendre. Par exemple, celle d’Hassan Kajoke, qui venait de terminer meilleur buteur du championnat malawite. Meilleur buteur des qualifications pour le Malawi, Gerald Phiri Junior a décidé de mettre un terme à sa carrière internationale après sa non-sélection pour la CAN. 

Malgré ces absences, on notera certains joueurs malawites à suivre. Soulier d’or en 2018/2019, Gabadinho Mhango représente l’avenir des Flammes. Après quelques problèmes personnels, l’attaquant des Orlando Pirates (Afrique du Sud) est de retour sur les terrains. On suivra aussi de près le capitaine et défenseur central Limbikani Mzava, ainsi que le jeune Peter Banda, plein d’ambition.

« Les gens disent que j’ai fait un bon match. Mais je pense que selon mon niveau, ce n’était pas le meilleur. J’aurais pu mieux faire. Jouer un football attrayant ne compte pas si vous ne gagnez pas de matchs. Je ne peux pas être fier d’avoir bien joué quand je n’ai pas aidé mon équipe à marquer des points. »

Peter Banda, déçu de son match face à la Guinée.

À LIRE AUSSI : Le Cap-Vert, l’ambition comme horizon

Même si la suite de la compétition semble compliquée pour le Malawi, les Flammes pourront compter sur le soutien de la Fédération. « Vous constituez une équipe unique. Vous vous êtes qualifié correctement et proprement avec de bons résultats et vous pouvez faire plus que ce que les autres faisaient auparavant. Rien n’est impossible ». Reste à espérer pour le Malawi que le discours de motivation du président de la Fédération suffise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduire »