La S-League : un futur championnat majeur en Asie ?

Lion City Sailors soulève son troisième titre.
Lion City Sailors soulève son troisième titre.

C’est au milieu d’un petit état connu à l’international pour sa foudre, sa prospérité et son multiculturalisme qu’est née la Singapore Premier League, surnommée S-League. Elle est la première division nationale du petit état de Singapour. Un petit état, mais qui veut cependant voir la S-League devenir un championnat majeur en Asie dans le futur.

Le championnat de S-League a été créé en 1904 et a beaucoup évolué jusqu’à obtenir le statut professionnel il y a quelques années. Contrairement à la majeure partie des championnats asiatiques, il n’y a pas de système de montée-descente. Ce sont des franchises qui possèdent les clubs. C’est pour cela que l’on trouve par exemple l’Albirex Niigata Singapore basé dans le district du Jurong East, et appartenant au club japonais de l’Albirex Niigata. Mais les clubs et la fédération singapourienne nourrissent de plus en plus d’ambitions. Et la S-League est en phase de devenir un grand championnat, dans une région où le développement du football est plus que difficile.

Une fédération qui aide au développement local comme international

Si le football asiatique progresse si difficilement, c’est particulièrement dû à l’incompétence des fédérations. En Indonésie par exemple, des cas de corruption de haut-placés apparaissent chaque année. Le football est alors un business pour les élites sans grand intérêt sportif. On ne retrouve pas ce problème à Singapour. Le pays du détroit de Malacca n’est jamais au cœur de scandales de matchs achetés et truqués. La corruption est pourtant une discipline nationale dans la majeure parte des pays d’Asie du Sud-Est. Même si il ne faut pas exclure la possibilité que les affaires soient étouffées, le pays a bonne réputation.

Le développement du football à l’échelle locale passe également par la construction et la rénovation des infrastructures. Même si les stades ne sont pas flamboyants et parfaitement neufs, ils restent aptes à accueillir des matchs de foot dans de bonnes conditions. Le complexe sportif « Our Tampines Hub » a également vu le jour en 2017. Basé dans le district de Tampines, il est notamment composé d’un stade moderne et flambant neuf pouvant accueillir 8000 spectateurs. Financé par l’État et les collectivités locales, il va permettre un accès au football dans d’excellentes conditions pour les supporters de Tampines Rovers.

Le stade du Our Tampines Hub de nuit. Il a été construit sur la base de 15000 avis d’habitants de Tampines (crédit image : Wikiwand)

Certaines de ces infrastructures ont également eu l’occasion de rayonner. C’est notamment le cas du Stade Bishan. En 2010, ce stade de plus de 10000 places a accueilli des épreuves des Jeux Olympiques d’été de la Jeunesse, organisés à Singapour.

Outre la portée locales des mesures prises par la fédération, il y’a une réelle volonté d’exporter le football national dans le monde entier. Notamment grâce à une diffusion gratuite des matchs sur YouTube et Facebook. De plus en plus de nations asiatiques prennent le pari de diffuser gratuitement en live et en anglais sur YouTube les matchs de championnat. C’est par exemple le cas du Népal. Cela permet évidemment de suivre facilement les matchs sans avoir à utiliser de VPN ni devoir chercher des sites de streaming douteux.

Des clubs ambitieux dans une lutte serrée

La S-League 2021 a été l’un des championnats les plus passionnants à suivre en Asie. Après une lutte serrée jusqu’à la dernière journée, c’est Lion City Sailors qui est sorti vainqueur, aux dépends de l’Albirex Niigata Singapore. Contrairement à certains championnats, la fédération et les instances ne mettent pas en valeur un club plus que les autres. C’est donc à ces clubs de trouver les ressources nécessaires, que peuvent être le recrutement ou la formation.

Lion City Sailors soulève sa troisième S-League le 10 octobre 2021 grâce à une victoire 4-1 contre Balestier Khalsa.

Concernant la formation, elle est de plus en plus mise en avant. Le club de Young Lions la met même au centre de son projet sportif. Créé en 2002 dans le district de Kallang, ce club est axé sur le développement de la jeunesse. Sa moyenne d’âge est de 20,2 ans en janvier 2022 mais les joueurs ne restent généralement jamais après 22 ou 23 ans et partent dans un autre club singapourien. Ou même dans un autre championnat asiatique.

Même si c’est Young Lions qui montre le plus la volonté de miser sur la jeunesse, d’autres clubs le font également. L’Albirex Niigata Singapore ou encore Tampines Rovers arrivent également à former des bons jeunes.

C’est ainsi que des joueurs comme Irfan Fandi peuvent s’exporter. Préformé au Chili à l’Universidad Católica, le défenseur âgé aujourd’hui de 24 ans s’est révélé à Home United (ancien nom de Lion City Sailors) puis a fini sa formation à Young Lions. Il joue depuis fin 2018 au Bangkok Pathum United, prestigieux club thaïlandais, où il est devenu un titulaire indiscutable.

Irfan Fandi avec le maillot du Bangkok Pathum United (crédit image : Twitter BGPU).

Puisque la qualité des jeunes formés augmente, le niveau du championnat aussi. Cette année, le champion Lion City Sailors jouera en Asian Champions League. Le club de Bishan devra cependant affronter un groupe très relevé. Il est composé du vainqueur de la Coupe du Japon Urawa Red Diamonds et du vainqueur de la Chinese Super League, le Shandong Taishan. On pourra tout de même compter sur les Marins pour jouer les trouble-fêtes. Et pourquoi pas aller chercher une qualification surprenante et historique.

L’ambition des clubs de S-League les pousse donc à chercher la compétitivité et à sans arrêt monter le niveau du championnat. Cela se voit dans le palmarès car sur les dernières années, aucun club ne domine réellement la compétition. Même si de 2016 à 2018, l’Albirex Niigata Singapore remporte le championnat 3 fois consécutives, le DPMM Brunei stoppe la dynamique en 2019. Sur les 3 dernières éditions de la S-League, 3 clubs différents l’ont remporté.

Alors pourquoi pas un nouveau vainqueur en 2022 ? Cela semble tout de même compliqué car les Marins envoient un message fort.

Lion City Sailors : un mercato ambitieux

Avec seulement 3 titres de S-League, Lion City Sailors a toujours été un club de l’ombre à Singapour. Vainqueur en 2021 du championnat face à l’Albirex qui paraissait pourtant assez intouchable, le club de Bishan affiche ses nouvelles ambitions en réalisant un mercato hivernal XXL.

L’arrivée majeure est sans doute celle de l’attaquant sud-coréen de 33 ans : Shin-wook Kim. 61 sélections et 17 buts pour le joueur qui débarque libre en provenance du Shanghai Shenhua en Chine. Malgré des sollicitations en JLeague et en KLeague, Kim a finalement choisi le club de S-League. À 33 ans, le grand attaquant (1m98) est sur le déclin et sort de 2 saisons compliquées avec Shanghai, dues notamment à l’effondrement du championnat chinois. Il reste cependant un excellent attaquant et sera une arme précieuse pour l’Asian Champions League.

Compilation des buts de Shin-wook Kim en KLeague (crédit vidéo : YouTube Bon Goals)

La seconde signature majeure est l’arrivée du défenseur de 29 ans, Pedro Henrique. Le brésilien formé à Goias était sous contrat avec le Vitoria Guimarães au Portugal. Exclu dans les plans du club lusitanien, le défenseur a donc trouvé un nouveau défi à Singapour.

Officialisation de l’arrivée de Pedro Henrique à Lion City Sailors.

On pourrait également citer l’arrivée d’Izwan Mahbud, ancien gardien de la sélection singapourienne, passé par le championnat thaïlandais. Il devrait lui aussi apporter son expérience et sa solidité.

Lion City Sailors s’est donc beaucoup renforcé cet hiver. Le mercato n’est pas fini et l’équipe pourrait enregistrer de nouvelles recrues. L’effectif paraît cependant taillé pour aller chercher la victoire en championnat, mais, à Singapour, aucun club ne gagne la S-League avant de la jouer.

Le championnat singapourien 2022 s’annonce donc particulièrement intéressant. Le niveau va encore augmenter comme chaque année. Il s’agit donc clairement de la ligue mineure à suivre en Asie cette année. Les highlights de la saison 2021 sont disponibles sur la chaîne YouTube pour se faire son propre avis…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduire »