Le football à Kanagawa : Rivalités et domination du Sud de Tokyo

Match du 23/02/2022 entre Kawasaki Frontale et Yokohama F.Marinos
Match du 23/02/2022 entre Kawasaki Frontale et Yokohama F.Marinos

Sur comme en dehors des terrains, le football dans la préfecture de Kanagawa est marqué par des rivalités et une volonté de domination. Qu’elles soient dues à l’histoire ou aux récents résultats, elles constituent une nouvelle partie de la culture locale et nationale.

La préfecture de Kanagawa est une des plus peuplées du Japon. Située au Sud de Tokyo, plus de 9 millions de personnes y vivent, sur un territoire grand comme les Yvelines. C’est dans ce département encerclé par le Mont Tanzawa et le Port de Yokohama que l’on trouve entre autres le club vainqueur de la JLeague 2021 : le Kawasaki Frontale.

Kawasaki Frontale remporte sa 4ème JLeague en 2021, devant Yokohama F.Marinos et le Vissel Kobe.

Très ouverte sur le monde et cosmopolite à l’échelle du Japon, le football s’y est rapidement développé. C’est ainsi qu’on trouve une forte concentration de clubs. Six clubs professionnels, avec chacun une identité importante et une grande communauté de fans. Trois clubs représentent la seule ville de Yokohama : Yokohama F.Marinos (J1 League), Yokohama FC (J2 League) et Yokohama Sport & Culture Club (J3 League).

Histoire des clubs et de la rivalité

Comme évoqué dans l’introduction, il y a six clubs de Kanagawa dans les trois ligues professionnelles japonaises. En J1 League, on trouve la Kawasaki Frontale, le Yokohama F.Marinos et le Shonan Bellmare. En J2 League, un seul club de la préfecture est présent avec le Yokohama FC. Enfin, le Yokohama SCC et SC Sagamihara concourent en J3 League . D’autres noms importants comme le Yokohama Flügels et le Verdy Kawasaki ont marqué la JLeague et viennent du département de Kanagawa. Cependant, le premier a disparu et le second a migré à Tokyo pour devenir le Tokyo Verdy (actuellement en J2 League).

Le Kawasaki Frontale tout d’abord est un club fondé en 1955 sous le nom de Fujitsu Soccer Club. Il se situe dans la ville de Kawasaki et ses 1,5 millions d’habitants. Malgré sa grande taille, la ville peine à réellement à exister et à s’émanciper de l’influence de Tokyo et Yokohama qui l’encerclent. Cela a longtemps été aussi le cas du club de football. Même s’il a eu de belles années à la fin de la décennie 2000, il aura fallu attendre fin 2017 pour que le club soulève ses premiers trophées. Depuis 2017, le Kawasaki Frontale a gagné 4 des 5 championnats et a soulevé une Coupe de l’Empereur, une Coupe de la Ligue et deux Supercoupes. Le club n’a cependant pas su gagner la J1 League 2019, que Yokohama F.Marinos a remporté.

Yokohama bat Kawasaki 4-2 lors du Derby de Kanagawa le 23/02/2022. En 50 derbys toutes compétitions confondues, Frontale l’a remporté 22 fois et Yokohama 19 fois. Preuve qu’il est toujours indécis.

Yokohama F.Marinos, créé en 1972 par le groupe automobile Nissan sous le nom de Nissan Motors FC, est un club basé à Yokohama. Sa forme actuelle est due à sa fusion avec un autre club de la ville, le Yokohama Flügels, en 1999. Contrairement au Kawasaki Frontale, YFM brille depuis la professionnalisation du football japonais et la création du championnat de JLeague, en 1993. Le club remporte son premier titre en 1995, puis deux autres en 2003 et 2004 et un dernier en 2019. Le club a aussi remporté 7 fois la Coupe de l’Empereur, mais une seule fois après 1993 et compte aussi une Coupe de la Ligue.

Lors de la fusion entre Yokohama Marinos et Yokohama Flügels en 1999, de nombreux fans des Flügels n’ont pas voulu rejoindre les rangs du nouveau YFM. Ils ont donc fondé un nouveau club : Yokohama FC. Il a permis à la grande ville de Yokohama (3,7 millions d’habitants) d’avoir une nouvelle rivalité en son sein. Yokohama FC se veut être un club beaucoup plus proche et à l’écoute de ses supporters que le grand rival Yokohama F.Marinos. Sportivement cependant, cela reste un club mineur avec seulement trois saisons en J1 League et une 15ème place pour meilleur résultat.

Déjà utilisé par le Yokohama Flügels, le NHK Spring Mitsuzawa Stadium accueille le Yokohama FC. Proche du centre ville, il peut accueillir 15454 personnes et affiche souvent des bons taux de remplissage (crédit photo : Goalzz)

Après Kawasaki Frontale et Yokohama FM, il reste un club de J1 League à évoquer : le Shonan Bellmare. Il se trouve dans la ville portuaire d’Hiratsuka, au Sud de Yokohama. Initialement nommé Fujita Industries FC en 1968, il devient Bellmare Hiratsuka en 1993 lors de la création de la JLeague, puis Shonan Bellmare en 1999, du nom de la côte où de trouve Hiratsuka. Malgré quelques coups d’éclat, le club a beaucoup fait « l’ascenseur ». Il n’a jamais su se stabiliser dans l’élite. Bien qu’étant dans la préfecture de Kanagawa, il est moins concerné par certains aspects de la rivalité. Elle se concentre surtout sur l’axe Kawasaki-Yokohama.

Les clubs du Kanagawa ont donc une histoire riche et assez complexe. Bien que la concurrence entre Kawasaki et Yokohama F.Marinos soit assez accentuée par les résultats des deux entités, l’antagonisme entre les clubs est plus ancien. Et ça, notamment à Yokohama. La rivalité se manifeste donc de différentes manières, et la première est sportive.

Rivalité sportive

La rivalité entre les entités sportives peut prendre de multiples formes. Dans le cas de celle entre Kawasaki Frontale et Yokohama FM, elle est assez récente et est née lors de la précédente décennie de la bataille au classement. YFM a gagné le championnat 2019 tandis que Kawasaki a raflé le championnat en 2017, 2018, 2020 et 2021. L’an dernier justement, le dauphin des Dauphins (surnom de Kawasaki Frontale), était Yokohama FM. Une lutte assez acharnée a eu lieu et s’est soldée par une victoire de Kawasaki. En 2022, une nouvelle lutte entre ces deux clubs aura lieu pour la victoire. Malgré tout, le championnat sera sûrement plus serré.

Sportivement, à l’heure actuelle, la rivalité est surtout présente entre ces deux mastodontes. Ce sont les deux seuls clubs de la préfecture capables d’aller chercher le titre. Mais ce sont aussi les deux qui peuvent le plus se battre pour recruter des joueurs intéressants. Au Japon, la plupart des joueurs ont des contrats courts. Il y a rarement de transferts entre clubs de JLeague et les joueurs partent souvent libre vers d’autres clubs. Financièrement, Kawasaki et YFM sont parmi les plus riches du championnat. Ils peuvent donc proposer un salaire plus élevé qu’ailleurs pour attirer les meilleurs joueurs.

Il se créé donc une compétition pour recruter, et notamment au sein de la préfecture. Cet hiver, Frontale a signé le milieu Tatsuki Seko, 24 ans, en provenance de Yokohama FC. Très prometteur et courtisé par plusieurs clubs, il a finalement rejoint les Dauphins. Ce n’est pas la première fois que le club recrute dans sa préfecture. Miki Yamane a rejoint le club en 2020 en provenance du Shonan Bellmare. Meilleur passeur de J1 l’an dernier, il est devenu le meilleur latéral droit du Japon. Kawasaki a également recruté cet hiver le jeune gardien Yuki Hayasaka en provenance de l’Université Toin, basée à Yokohama.

Parmi tous les prix gagnés par Miki Yamane en 2021, on trouve celui du fair-play. Le latéral n’a écopé d’aucun carton jaune en JLeague la saison dernière (crédit photo : Compte Twitter de la JLeague)

Chez les jeunes, la course au potentiel est également très importante. Les académies des clubs scrutent constamment pour trouver des jeunes intéressants. Kawasaki, Yokohama F.Marinos, Shonan et Yokohama FC sortent souvent des jeunes très prometteurs. Les deux derniers étant plus modestes, ils doivent beaucoup miser sur leurs filières junior pour exister. Bellmare et Yokohama FC sont donc reconnus pour la qualité des jeunes qui sont produits car ces derniers sont davantage au centre du projet.

La lutte sportive paraît être la partie la plus visible de l’iceberg dans la rivalité entre clubs. Pourtant, les supporters ont aussi leur mot à dire.

Rivalité entre les supporters

Comme évoqué avec la création notamment de Yokohama FC, les fans jouent un rôle majeur dans les clubs de Kanagawa. La rivalité des clubs est avant tout la rivalité de supporters. Globalement, peu de choses diffèrent de l’Europe dans le principe.

Malgré tout, ce qu’il faut mettre en lumière, c’est que ces rivalités sont globalement plus saines au Japon. Face aux clubs voisins, c’est la concurrence qui prime avant la haine. Les échauffourées entre supporters sont extrêmement rares et très durement punies d’ailleurs. Entre fans et clubs, le respect prime et une fois la sphère du football passée, tout le monde met en application ce respect. Supporter un club au Japon, c’est l’encourager avant tout, pas attaquer des supposés rivaux avec violence. C’est pour cela qu’on voit des joueurs jouer pour plusieurs clubs d’une même région et être tout de même respectés.

Par exemple, chez les supporters de Yokohama FC, il y aura certainement un regret et une certaine amertume de voir Tatsuki Seko partir chez un club plus ou moins ennemi. Mais le joueur sera quand même respecté avant tout pour ce qu’il a apporté au club pendant deux ans. Est-ce plus sain mais moins intéressant qu’en Europe ? C’est un vaste débat qui ne mérite qu’une réponse propre à chacun.

Tatsuki Seko s’engage libre fin décembre 2021 avec Kawasaki Frontale.

Avec le football devenant un sport majeur au Japon, les rivalités entre les clubs s’intensifient. Elles évoluent également. Il y’a plusieurs décennies, la plus grosse rivalité de Kanagawa était le derby de Yokohama entre les Flügels et les Marinos. De nos jours, c’est plutôt le derby de Kanagawa qui domine entre YFM et Frontale. Comme partout ailleurs, tant qu’il y aura des clubs, il y aura des potentiels rivaux. Et cette préfecture en est un excellent exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduire »